Wambrechies (Nord): la petite Angélique retrouvée assassinée ; un homme a avoué les faits | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Wambrechies (Nord): la petite Angélique retrouvée assassinée ; un homme a avoué les faits
©PHILIPPE HUGUEN / AFP

Drame

Wambrechies (Nord): la petite Angélique retrouvée assassinée ; un homme a avoué les faits

Le corps d'Angélique, 13 ans, disparue depuis mercredi, a été retrouvé dans la nuit de samedi à dimanche. Un homme, déjà condamné pour viol, a reconnu les faits.

Sa disparition, mercredi 25 avril, avait été jugée inquiétante par les autorités. A raison. Le corps de la jeune Angélique, 13 ans, a été retrouvé dans la nuit. La jeune fille, qui habitait à Wambrechies, près de Lille, avait laissé "un mot disant rejoindre des copines pour ensuite rentrer, mais n'est jamais rentrée" chez elle mercredi, selon la police.

Son corps dénudé a été retrouvé par la police sur un chemin forestier à Quesnoy-sur-Deûle (Nord), à une dizaine de kilomètres au nord de Lille. Le corps a été retrouvé suite à la garde à vue d'un homme de 45 ans, qui a avoué les faits et amené les enquêteurs sur les lieux du crime. Déjà connu pour des antécédents de viol et agressions sexuelles, il aurait essayé d'abuser d'elle avant de la tuer et transporter son corps vers la forêt. 

"En fin de journée le 28 avril, de nouvelles investigations et des recoupements ont conduit les enquêteurs de la direction régionale de police judiciaire à placer en garde à vue un homme âgé de 45 ans, et demeurant également à Wambrechies, a précisé dimanche le procureur de la République. Celui-ci a très rapidement avoué les faits, et a emmené ces enquêteurs, accompagnés de ceux de la direction départementale de la sécurité publique du Nord, co-saisie de l’enquête, à l’endroit où il avait abandonné le corps de la jeune fille."

"Sur le casier judiciaire de l’homme mis en cause est mentionnée une condamnation datant de 1996 pour des faits commis en 1994, qualifiés de viol avec arme, attentats à la pudeur aggravés et vol avec violence. Les investigations et la garde à vue se poursuivent, une autopsie sera effectuée [lundi]", a poursuivi le procureur.

Lu sur France 3 Hauts-de-France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !