Vous pourrez bientôt payer vos impôts dans les tabacs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Vous pourrez bientôt payer vos impôts dans les tabacs
©PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Un banco, une taxe foncière et un paquet de Marlboro

Vous pourrez bientôt payer vos impôts dans les tabacs

Le gouvernement veut sous-traiter le paiement des impôts en espèces. Parmi les prestataires envisagés, la Poste et les bureaux de tabac.

"Vous prendrez bien une cartouche de cigarette avec votre taxe d'habitation ?" Cette scène improbable pourrait devenir la norme dans quelques années. Le Sénat examine le projet de loi de finances et doit se prononcer aujourd'hui sur l'article 63, visant à interdire le paiement en espèce des impôts dans les centres des finances publiques. En conséquence, cette tache pourrait être sous-traitée à des prestataires, parmi lesquels la Poste ou les buralistes.

Le traitement des espèces par les fonctionnaires est considéré comme "une plaie" par Bercy qui pointe du doigt la "pénibilité et le temps que prends cette mission". En sous-traitant cette tache, la commission des Finances du Sénat espère économiser 125 emplois et 6 millions d'euros.

Cette volonté suscite cependant des inquiétudes, les syndicats pointant entre autre du doigt les divergences entre les "logiques d'entreprises privées et publiques". L'absence d'interlocuteur de la Direction générale des Finances publiques pour le contribuable pose aussi question au sein de la commission des Finances. Enfin le secret fiscal est menacé par cette externalisation. En dépit de l'instauration d'un "secret professionnel" pour les prestataires, il n'est pas certain que la connaissance des revenus des contribuables par les buralistes ou postiers soit accepté.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !