Vol MH370 : une nappe de carburant détectée, un robot sous-marin envoyé sur place | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Vol MH370 : une nappe de carburant détectée, un robot sous-marin envoyé sur place
©

L'enquête se poursuit

Vol MH370 : une nappe de carburant détectée, un robot sous-marin envoyé sur place

L'Australie a aussi annoncé que le navire Ocean Shield allait cesser les opérations de détection des signaux émis par les boîtes noires.

Plus le temps avance, plus les chances de retrouver l'épave de l'avion s'amenuisent. Mais ce lundi, de nouvelles informations permettent d'avoir une lueur d'espoir. En effet, l'Australie a indiqué avoir détecté une nappe de carburant dans la zone de recherches du Boeing 777. Celle-ci pourrait provenir du vol MH370 de la Malaysia Airlines disparu depuis le 8 mars. Deux litres ont été collectés et seront analysés, mais les résultats ne seront pas connus avant plusieurs jours, a déclaré Angus Houston, le responsable des recherches, précisant que le carburant ne paraissait pas venir d'un bateau.

Pour en savoir plus, les autorités locales ont décidé d'envoyer par le fond un robot sous-marin et de cesser, dès lundi, les opérations de détection des signaux émis par les boîtes noires menées par le navire Ocean Shield va cesser les opérations de détection des signaux émis par les boîtes noires

Concrètement, l'Australie "va déployer le véhicule autonome sous-marin Bluefin-21 dès que possible" alors même que le dernier signal acoustique pouvant provenir des boîtes noires a été capté il y a six jours. "Nous n'avons pas eu une seule détection en six jours et il est sans doute donc temps d'aller sous l'eau", a expliqué le responsable des recherches. Pour rappel, les émetteurs ont une durée de vie théorique d'une trentaine de jours et il est donc vraisemblable qu'ils soient arrivés à expiration. Le temps presse donc.

A noter que le véhicule sous-marin déployé a la forme d'une torpille et est équipé d'un sonar. Si celui-ci capte un signal, le Bluefin-21 sera remonté à la surface, équipé d'une caméra et renvoyé au fond. Mais l'appareil ne peut pas être équipé à la fois d'un sonar et d'une caméra. Autre inconvénient : le robot ne peut opérer que jusqu'à 4 500 mètres sous l'eau au maximum, la profondeur d'où provenaient les signaux détectés. Si l'épave est plus bas, cela se compliquera donc encore un peu plus.

lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !