Vol MH370 : un ancien pilote canadien émet l’hypothèse de l’incendie à bord et du crash | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Vol MH370 : un ancien pilote canadien émet l’hypothèse de l’incendie à bord et du crash
©

Nouvelles théories (encore)

Vol MH370 : un ancien pilote canadien émet l’hypothèse de l’incendie à bord et du crash

Il reste persuadé que Zaharie Ahmad Shah, le pilote est un héros et qu’il a cherché à sauver les passagers.

Au douzième jour de la disparition du vol MH370, au-dessus de la mer de Chine méridionale, le mystère demeure. Aucun élément tangible ne vient appuyer une hypothèse en faveur d’une autre, et ces dernières se multiplient, des plus sérieuses aux plus farfeluesDernière hypothèse en date, relayée ce mercredi 19 mars par le site du Daily Mail : celle d’un incendie à bord qui a contraint les pilotes à faire demi-tour pour trouver une piste où atterrir. Les pilotes auraient échoué dans leur tentative de sauvetage et l’avion se serait écrasé au large des Maldives.

C’est ce que soutient Chris Goodfellow, un pilote canadien retraité avec 20 ans d’expérience. L’homme en est persuadé : Zaharie Ahmad Shah, le pilote de l’avion, est un héros et non un pirate de l’air. Il a tenté de faire tout son possible pour sauver les membres de l’équipage et les passagers du vol MH370.

"Quand j’ai vu que l’avion avait viré à gauche et avant de continuer son vol en ligne droite, je savais que le pilote cherchait un aéroport [où atterrir, ndlr]", explique l’homme au Daily Mail, avant d’ajouter : "Nous, les vieux pilotes, nous savions toujours où était l’aéroport le plus proche pendant toute la durée du vol".

Pourquoi l’avion a-t-il piqué en direction de l’océan indien, à l’ouest, et n’est pas simplement revenu à son lieu de décollage, l’aéroport de Kuala Lumpur ? D’après Chris Goodfellow, l’aéroport le plus sûr et le plus proche de l’appareil était celui de Palau Langkawi. Le pilote a donc viré de bord pour l’atteindre. Cependant, alors que l’avion se rapprochait de l’aéroport, l’équipage et les passagers ont pu être asphyxié par les fumées dégagées par l’incendie. En pilotage manuel, tel un avion fantôme, l’appareil a continué sa route en direction des Maldives avant de s’écraser dans l’océan, faute de carburant, ou parce que l’incendie a détruit l’appareil en vol.

Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !