Vol MH370 : les recherches vont bientôt reprendre et devraient durer un an | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les recherches de l'épave du vol MH370 pourraient durer encore un an
Les recherches de l'épave du vol MH370 pourraient durer encore un an
©Reuters

La suite

Vol MH370 : les recherches vont bientôt reprendre et devraient durer un an

L’annonce a été faite par le Premier ministre de l’Australie, Tony Abbott. La zone de recherche s'étend sur 60.000 km² au large des côtes occidentales de son pays.

Où s’est écrasé l’avion de la Malaysia Airlines ? Plus de 6 mois après la disparition du vol MH 370, avec 239 personnes à bord, l’épave n’a toujours pas été retrouvée et le mystère reste entier. Les rumeurs les plus farfelues concernant le vol, impliquant une théorie du complot ou imaginant un enlèvement par des extraterrestres, ont circulé à la faveur de recherches dans l’océan Indien qui n’ont débouché sur aucun résultat probant. 

Stoppées quelques temps, les recherches, qualifiées des plus onéreuses de l’histoire de l’avion - La Tribunechiffre le montant entre 80 et 100 millions d'euros - vont reprendre dans environ "un mois" rapporte, ce mercredi 20 août, le site de BFMTV, qui cite le Premier ministre australien.

Ce dernier prévient : les recherches vont prendre du temps. Beaucoup de temps. Environ "un an", assure ce dernier. "On va maintenant explorer de long en large la zone probable d'impact qui, de mémoire, couvre quelque chose comme 60.000 kilomètres carrés de fonds marins, au large des côtes occidentales de l'Australie", a déclaré Tony Abbott à la télévision. 

Le 8 mars dernier, le vol MH370 a cessé tout contact avec les contrôleurs aériens une heure après avoir décollé de Kuala Lumpur, en Indonésie. La piste la plus probable actuellement envisagée est celle d’une soudaine chute du niveau d’oxygène dans l’appareil qui a rendu équipage et passagers inconscients. L’appareil de la Malaysia Airline aurait alors continué de voler en pilote automatique, jusqu'à sa chute en mer à cause du manque de carburant.

En juillet, la compagnie a connu une nouvelle tragédie alors qu’un de ses appareils qui effectuait la liaison Amsterdam - Kuala Lumpur a été abattuau-dessus de l'Ukraine faisant près de 300 morts, contraignant l'entreprise à se restructurer.

Lu sur bfmtv.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !