Vol de cocaïne au 36 Quai des Orfèvres : la sécurité des coffres-forts en question | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
L'enquête avance sur le vol de 52 kilos de cocaïne au 36 Quai des Orfèvres
L'enquête avance sur le vol de 52 kilos de cocaïne au 36 Quai des Orfèvres
©REUTERS/Christian Hartmann

Enquête

Vol de cocaïne au 36 Quai des Orfèvres : la sécurité des coffres-forts en question

Selon RTL, suite à cette affaire, tous les coffres-forts et toutes les chambres fortes des services de la PJ sont inspectés à la loupe.

L'affaire avait fait grand bruit. A tel point que le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait dû intervenir. Au début du mois d'août, plus de 52 kilos de cocaïne avait disparu des locaux de la police judiciaire. Et pas à n'importe quel endroit, au sein même du mythique 36 Quai des Orfèvres. Si depuis plusieurs personnes ont été interpellées, l'affaire rebondit ce jeudi. En effet, selon des informations de RTL, depuis la disparition de cette drogue tous les coffres-forts et toutes les chambres fortes des services de la PJ sont inspectés à la loupe. 

"Tous les locaux, tous les bureaux de la PJ parisienne y ont droit, au 36, mais aussi toutes ses antennes, dans la capitale comme en proche banlieue", explique la radio. En clair : tous les lieux "dans lesquels sont régulièrement stockés des scellés sensibles (drogue, armes, bijoux ou encore liasses de billets)" sont passés au peigne fin pour tenter de comprendre comment tout cela a pu arriver. 

Toujours selon RTL, l'enquête en cours a déjà permis d'établir certaines négligences comme le fait "que les codes d'accès n'étaient pas assez souvent changés, que des clefs qui n'avaient rien à faire ensemble se trouvaient sur un même trousseau mais aussi que des boutons de verrouillage étaient en mauvais état". Autant d'imprudences qui seraient la résultante de "la flemmardise" de certains agents. 

Pour rappel, début août, Bernard Cazeneuve avait demandé qu'un audit de la brigade des stupéfiants soit réalisé. Les conclusions n'étaient toujours pas connues à ce jour.

Lu sur RTL.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !