Vol de cocaïne au 36 Quai des Orfèvres : un deuxième policier arrêté | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
La police a arrêté un deuxième suspect
La police a arrêté un deuxième suspect
©REUTERS/Christian Hartmann

Suite

Vol de cocaïne au 36 Quai des Orfèvres : un deuxième policier arrêté

Les enquêteurs de l'IGPN cherchent à vérifier si ce gardien de la paix a pu faciliter l'accès au premier policier arrêté dans cette affaire, jusqu'à la salle où sont gardés les scellés.

L'enquête se poursuit au 36 Quai des Orfèvres pour savoir exactement comment s'est déroulé le vol des 50 kilos de cocaïne. Après l'arrestation d'un brigadier, suspect numéro 1 dans cette affaire, la police des polices a interpellé un deuxième policier de la brigade des stupéfiants. Il a été placé en garde à vue lundi soir, a indiqué une source proche du dossier. "L'homme apparaît sur les relevés bancaires du brigadier, interpellé samedi à Perpignan" et dont la garde à vue a été prolongée lundi.

Les enquêteurs de l'IGPN cherchent à vérifier si ce gardien de la paix a pu faciliter l'accès au premier policier arrêté dans cette affaire, jusqu'à la salle où sont gardés les scellés. "Il s'agit de vérifications normales dans le service et cela ne préjuge en rien de la suite de l'enquête" a indiqué la même source. 

52,6 kilos de cocaïne ont disparu dans la nuit du 24 au 25 juillet. Le brigadier des Stups' interpellé samedi à Perpignan, principal suspect, continuait à nier en bloc pendant sa garde à vue à l'Inspection générale de la police nationale. Son épouse a également été auditionnée. L'IGPN s'intéresse notamment au train de vie du couple qui possède plusieurs biens immobiliers à Perpignan. La police est toujours à la recherche de la drogue qui reste "introuvable" pour le moment. 

Lu sur TF1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !