Voiture de police incendiée : le procès a été suspendu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Voiture de police incendiée : le procès a été suspendu
©Reuters

Reporté

Voiture de police incendiée : le procès a été suspendu

Le procès des incendiaires présumés de la voiture de police en marge d'un rassemblement en 2016 a été perturbé ce 19 septembre.

Le 18 mai 2016, en marge des manifestations, des forces de l'ordre ont été prise à partie par des manifestants armés de barres de fer et de fumigènes. Un des policiers a dû repousser les agresseurs à mains nues. Des images de cette agression ont été visionnées par le monde entier. Les assaillants vêtus de noir avaient quand même réussi à  incendier la voiture des fonctionnaires. Ces derniers ont réussi à s'extraire du véhicule en feu.

Grabuge

Neuf personnes avaient été alors arrêtées. Mais alors qu'ils devaient être jugés ce mardi 19 septembre, au tribunal correctionnel de Paris, le procès a été suspendu et reporté au 20 décembre prochain, selon Franceinfo. Pour cause, une cinquantaine de personnes sont venues soutenir les suspects et ont perturbé l'audience. A plusieurs reprises, cette foule protestait, sifflait et criait : "Liberté ! Liberté !".

>>> À lire aussi : Procès des incendiaires présumés du véhicule de police quai de valmy : la France face aux ravages du retour de la culture de l'excuse

Le choix de la salle a également été remis en cause : "Nous sommes arrivés dans une salle dans laquelle les avocats ne pouvaient pas s'assoir, ne pouvaient pas accéder à leurs dossiers, ne pouvaient pas échanger librement avec leurs clients, dans laquelle la presse ne pouvait pas venir, dans laquelle le public ne pouvait pas s'assoir...", a fustigé auprès de Franceinfo Maître Antoine Vey, l’un des avocats de la défense. Il a donc été décidé que le procès reprendra dans une salle plus spacieuse.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !