Voiture de police incendiée : le parquet de Paris maintient la "tentative d'homicide volontaire" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Voiture de police incendiée : le parquet de Paris maintient la "tentative d'homicide volontaire"
©REUTERS/Gonzalo Fuentes

Justice

Voiture de police incendiée : le parquet de Paris maintient la "tentative d'homicide volontaire"

Le parquet de Paris a annoncé ce samedi l'ouverture d'une information judiciaire à l'encontre des quatre individus interpellés suite à l'incendie d'une voiture de police, mercredi.

Les quatre hommes arrêtés dans l'enquête sur des violences contre des policiers mercredi à Paris, et notamment l'incendie du véhicule où se trouvaient deux agents, vont être présentés ce samedi à un juge d'instruction, après que le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire, a annoncé le parquet dans un communiqué.

Les quatre individus, pour la plupart des étudiants issus de familles aisées, membres du groupuscule Action antifasciste Paris Banlieue, sont accusés de "tentative d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique", de "destruction de bien d'autrui en bande organisée par moyen dangereux pour les personnes", de "violence en bande organisée", d'"association de malfaiteurs", de "participation à un attroupement en étant porteur d'une arme avec dissimulation volontaire du visage afin de ne pas être identifié" et de "refus de se soumettre au prélèvement biologique destiné à l'identification de l'empreinte génétique".

Le parquet a en outre requis le placement en détention provisoire des quatre personnes. 

Deux des quatre déférés ont une condamnation pour violences aggravées à leur casier judiciaire, qui remontent à 2010 et 2013, avait indiqué le parquet vendredi. Un troisième a aussi récemment été déféré pour violences volontaires sur personne dépositaire de l'autorité publique et participation à une manifestation malgré une interdiction administrative.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !