Vladimir Poutine pense qu'Internet est un "projet de la CIA" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Vladimir Poutine pense qu'Internet est un "projet de la CIA"
©

Ah bon ?

Vladimir Poutine pense qu'Internet est un "projet de la CIA"

Le président russe l'a défini ainsi lors d'un forum des médias à Saint Petersbourg jeudi.

Depuis la crise en Ukraine, les relations entre la Russie et les Etats-Unis se sont considérablement tendus. Au point que Vladimir Poutine remet en question l'utilisation même d'Internet. Pour lui, c'est un "projet de la CIA". C'est ce qu'il a indiqué jeudi lors du forum des médias à Saint Petersboug. Internet serait développé pour et par des espions.

Une nouvelle pique en direction des Etats-Unis. Il y a quelques jours, le président russe avait déjà narguer les Américains en répondant à la télévision à des questions posées par Edward Snowden, ancien consultant de la NSA qui a révélé la surveillance massive opérée par les Etats-Unis sur Internet. Vladimir Poutine a expliqué aussi que la Russie devait "se battre pour préserver ses intérêts en ligne". Une affirmation lourde de sens puisqu'un sommet sur la gouvernance de l'Internet, "NetMundial", se tient au Brésil, une conférence qui a notamment pour objectif de reposer les bases. Aujourd'hui, les Etats-Unis dominent le secteur.

Reste que la Russie récuse l'omniprésence des Etats-Unis dans Internet et remet souvent en cause sa création et son (soi-disant) contrôle. En la matière, les Russe n'ont effectivement pas de leçon à recevoir. Le Kremlin exerce un plus grand contrôle sur l'Internet depuis le vote au Parlement de textes allant dans ce sens. La loi oblige notamment les sites Web et les réseaux sociaux à garder leurs serveurs en Russie et à enregistrer toutes les informations sur leurs utilisateurs pendant au moins un an et demi. En outre, les hommes d'affaires proches de Poutine contrôlent désormais le Facebook russe, VKontakte.

Lu sur Le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !