Visite du président iranien : des dizaines de milliards d'euros de contrats et une relation apaisée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Visite du président iranien : des dizaines de milliards d'euros de contrats et une relation apaisée
©Charles Platiau / Reuters

Nouveau départ

Visite du président iranien : des dizaines de milliards d'euros de contrats et une relation apaisée

Lors d'une conférence de presse, François Hollande a salué "deux grands pays qui ont une culture, une histoire et surtout un avenir".

La relation se veut désormais apaisée. François Hollande et son homologue iranien Hassan Rohani ont tenu une conférence de presse commune ce jeudi soir, à l'Elysée, pour la première visite officielle d'un président iranien en France depuis 17 ans.

"L'Iran et la France, deux grands pays qui ont une culture, une histoire et surtout un avenir", a déclaré François Hollande, qui a souligné avoir voulu "parler de tout, sur tout, avec toute la franchise et la responsabilité qui doivent être les nôtres."

Le président iranien a salué "la France et le peuple français", qui "ont une situation privilégiée au sein du peuple iranien. Les Iraniens se souviennent que le peuple français a accueilli l'imam Khomeini en 1978, et le rôle qu'a joué la France dans ces moments est un point important pour le peuple iranien." a-t-il indiqué.

Dans la matinée, le dirigeant avait appelé à "tourner la page" sur les anciennes "rancœurs" pour "ouvrir une relation nouvelle" entre les deux pays.

A l'occasion de la venue d'Hassan Rohani, un protocole d'accord a été signé pour la vente à l'Iran de 118 avions Airbus, pour un montant évalué à 23 milliards d'euros. D'autres entreprises comme Vinci ou la SNCF ont conclu des protocoles d'accords.

Lu sur France Tv Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !