Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
©BERTRAND GUAY / AFP

Scandales et omerta

Violences sexuelles dans le patinage : le président de la fédération, Didier Gailhaguet, tente de se défendre après les appels à sa démission

Depuis les révélations de l’ancienne athlète Sarah Abitbol dans un livre et dans la presse, Roxana Maracineanu a demandé à Didier Gailhaguet de démissionner de son poste. Il devrait s’exprimer lors d’une conférence de presse ce mercredi.

Didier Gailhaguet, le président de la Fédération française des sports de glace, s’est exprimé devant les médias ce lundi 3 février après son entrevue avec Roxana Maracineanu au ministère des Sports, au sujet du scandale des violences sexuelles dans le patinage.

"J'ai commis des erreurs, je n'ai pas fait de faute. Je suis un homme clean. […] Elle ne m'a pas écouté, et surtout ne m'a pas entendu".

Didier Gailhaguet a affirmé qu'il n'avait pas connaissance de l'essentiel des faits révélés dans la presse :

"J'ai découvert comme tout le monde la majorité de ces faits dans la presse et dans un livre la semaine dernière. Certains datent d'il y a 30 ans, bien avant que je devienne président de la fédération. D'autres m'ont été cachés."

La ministre des Sports lui demande de démissionner. Didier Gailhaguet devrait s’exprimer à nouveau dans le cadre d’une conférence de presse prévue mercredi à 14 heures. 

Concernant le sort de l'entraîneur Gilles Beyer, Didier Gailhaguet a renvoyé la responsabilité à "la ministre qui était en poste au moment des faits", Marie-George Buffet, qui a, selon lui, "laissé commettre ces exactions". 

Dans cette affaire, Sarah Abitbol, dix fois championne de France de patinage artistique en couple a décidé de briser l’omerta. Elle vient de publier un livre avec Emmanuelle Anizon, "Un si long silence", aux éditions Plon.

L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !