Vincent Peillon : avis de tempête cette semaine pour le ministre de l'Education nationale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Vincent Peillon : avis de tempête cette semaine pour le ministre de l'Education nationale
©

Force 4

Vincent Peillon : avis de tempête cette semaine pour le ministre de l'Education nationale

Plusieurs syndicats ont appelé les enseignants à la grève. La première est programmée ce mardi.

François Hollande est en pleine tempête. Mais le président de la République n'est pas le seul, son gouvernement aussi. Et parmi les membres de son équipe, Vincent Peillon pourrait connaître quelques difficultés cette semaine. Car la réforme des rythmes scolaires initiée par le ministre de l'Education nationale ne passe toujours pas. Les enseignants ont donc décidé de se mobiliser cette semaine. Grèves, rassemblements, voire blocages d'écoles sont programmés dans plusieurs villes de France.

Ce mardi, un premier mouvement aura lieu à Paris. Les agents municipaux, très concernés par la réforme des rythmes scolaires, manifestent à Paris à l'appel des syndicats CGT et Unsa. Environ 520 écoles vont être touchées dans la capitale. Malgré l'aide reçue par certains membres de la majorité, Vincent Peillon a du mal à faire appliquer sa réforme. "Faux" répond son cabinet qui estime que dans "93,5%" des établissements, il n'y a "aucune difficulté".

Mercredi pourtant, un autre mouvement devrait être lancé par des collectifs de parents qui appellent sur Facebook à ne pas mettre les enfants à l'école et à bloquer les établissements. Jeudi, d'autres sections du SNUipp-FSU appellent à la grève, dont Paris avec FO, Sud et CNT. Cette grève devrait être plus "massive" selon plusieurs syndicats. Vincent Peillon risque donc de vivre une semaine plutôt agité. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !