Vincent Crase reçoit près de 300 000 euros d'un oligarque russe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Vincent Crase reçoit près de 300 000 euros d'un oligarque russe
©BERTRAND GUAY / AFP

House of Crase

Vincent Crase reçoit près de 300 000 euros d'un oligarque russe

L'ami d'Alexandre Benalla a reçu cette somme douteuse un mois avant son limogeage de L’Elysée.

Déjà entendu dans l'affaire Benalla où il est soupçonné, lui aussi, d'avoir outrepassé ses fonctions d'agent de sécurité présidentiel en s'en prenant à des manifestants place de la Contrescarpe le 19 juillet, Vincent Crase a semble-t-il les mains engluées dans d'autres affaires douteuses.

Le Point nous apprend aujourd'hui que l'alter ego d'Alexandre Benalla a reçu 294 000 euros de la part d'Iskander Makhmudov, proche de Vladimir Poutine et actionnaire de la célèbre marque de fusil-mitrailleur Kalashnikov. Un contrat signé par Mars conseil, une PME de conciergerie de luxe créée par Crase. Cette entreprise, qui ne connait pas une forte activité, fournit des prestations comme chauffeur de taxi ou agent de sécurité à des gens fortunés. Sur ce contrat elle doit assurer la protection de Makhmudov et de ses enfants. 

Selon les informations du Point, Crase a eu recours à Velours, employeur d'Alexandre Benalla entre 2013 et 2015, pour réaliser cette prestation. Benalla a d'ailleurs affirmé « je n'ai rien avoir avec cette histoire. On continue à vouloir me salir alors que ce contrat relève de la vie privée et professionnelle de M. Crase qui est mon ami, n'en déplaise à certains. » Vincent Crase, lui, n'a pas tenu à répondre aux questions des journalistes.

L'argent est donc virée sur le compte en banque de Vincent Crase en juin dernier, un mois avant son limogeage de l'Elysée et d'En Marche !. L'opération a alerté Tracfin, organisme anti-blanchiment de capitaux du ministère de l'Economie et des Finances.

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !