Vincent Bolloré évoque la disparition de Canal + | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
"On dit que je suis la cause des pertes, mais j’en suis la conséquence et peut-être la solution", a notamment déclaré le patron de Vivendi.
"On dit que je suis la cause des pertes, mais j’en suis la conséquence et peut-être la solution", a notamment déclaré le patron de Vivendi.
©Reuters

Scénario catastrophe

Vincent Bolloré évoque la disparition de Canal +

"Il y a un moment où il faudra arrêter le robinet. Vivendi ne pourra pas apporter de l'argent indéfiniment à Canal+", a prévenu Vincent Bolloré.

Lors de l'assemblée générale de Vivendi, jeudi 21 avril, Vinent Bolloré a ouvertement envisagé la disparition de Canal +, dont le déficit pourrait atteindre "400 millions" d'euros cette année. "On dit que je suis la cause des pertes, mais j’en suis la conséquence et peut-être la solution", a d’abord estimé Vincent Bolloré. 

Le président du conseil de surveillance de Vivendi avait adressé une lettre à tous ses collaborateurs avant l'assemblée générale du groupe, un courrier que le sitepuremedias.com a pu consulter : "Canal + a toujours connu une vie mouvementée : un lancement avec 'tambours et trompettes' vite suivi par des rumeurs et un risque de faillite. Puis une période de gloire (…) Puis l’arrivée de beIN Sports et autres Netflix entraînant les chaînes Canal + dans des pertes considérables – 180 millions en 2014, 250 millions en 2015, 400 millions d’euros pour 2016 !", écrit-il. 

La direction du groupe s'inquiète également de l'endettement de Canal +, qui dépassait le milliard d'euros, alors que le nombre d'abonnés à la chaîne payante est en plein ralentissement. "Il y a un moment où il faudra arrêter le robinet. Vivendi ne pourra pas apporter de l'argent indéfiniment à Canal+", a également prévenu Vincent Bolloré.

>>>> À lire aussi : Bolloré : Le Petit Journal de Canal Plus sur la sellette

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !