Villeneuve-sur-Lot : l'UMP remporte de peu la législative partielle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Villeneuve-sur-Lot : l'UMP remporte de peu la législative partielle
©

Sur le fil

Villeneuve-sur-Lot : l'UMP remporte de peu la législative partielle

Le candidat UMP Jean-Louis Costes a obtenu 53,76% des suffrages, contre 46,24% pour le frontiste Etienne Bousquet-Cassagne.

Le Front national n'aura pas de troisième député : l'UMP a obtenu une légère avance, ce dimanche, lors de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot. Son candidat Jean-Louis Costes, maire de Fumel, a obtenu  53,76% des suffrages, contre 46,24% pour le frontiste Etienne Bousquet-Cassagne.

Sur la commune de Villeneuve-sur-lot, Jean-Louis Costes a obtenu 51,74% des voix alors qu'au premier tour, c'était Etienne Bousquet-Cassagne du Front national qui était arrivé en tête. Deux bulletins au nom de Jérôme Cahuzac y ont été dépouillés ce dimanche.

Sur ITélé, Etienne Bousquet-Cassagne a réagi à ce résultat : "Le Front républicain est mort, (...) le combat pour la France ne s'arrête pas", a-t-il déclaré. "Je ne suis pas animé par l'amertume mais par l'espérance", a-t-il ajouté, parlant d'une "formidable progression du Front national".

"C'est une défaite électorale mais une grande victoire politique", a ajouté Gilbert Collard, député élu sous l'étiquette du Rassemblement bleu marine.

Les électeurs de la 3e circonscription du Lot-et-Garonne se sont mobilisés pour ce duel très médiatisé. Le taux de participation dans la ville principale de Villeneuve-sur-Lot, qui représente environ 22% des électeurs, a progressé de 5,19 points par rapport à dimanche dernier, à 49,13%

Au premier tour de la législative partielle, qui a fait suite au scandale Cahuzac, Jean-Louis Costes était arrivé en tête, avec 28,8% des suffrages (9431 voix). Son adversaire FN avait recueilli 26,11%, soit 8552 suffrages. Le candidat PS, Bernard Barral (23,76%, soit 7782 suffrages), avait été éliminé. Le Parti socialiste avait alors appelé ses électeurs à voter pour le candidat UMP, au nom du front républicain.

Le candidat FN a effectué une véritable percée au second tour. L'étudiant en BTS de 23 ans, symbole du FN "dédiabolisé" de Marine Le Pen, avait fait campagne sur "la France des oubliés", dans un département rural plus touché par le chômage que le reste de l'Aquitaine.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !