La vie plus chère pour les plus pauvres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La vie plus chère 
pour les plus pauvres
©

Cercle vicieux

La vie plus chère pour les plus pauvres

Martin Hirsch lance son nouveau combat contre les « dépenses obligatoires » qui prennent trop de place dans le budget des plus pauvres.

Selon le Boston Consulting Group (BCG) auquel le groupe de réflexion de Martin Hirsch, ancien président d'Emmaüs, a fait appel, la vie des plus pauvres est toujours plus chère que celle des classes moyennes.

Les « dépenses obligatoires » - forfait téléphonique, crédit, voiture, logement, alimentation, etc... - coûtent plus chères au 3,5 millions de personnes vivant avec moins de 989€ par mois et prennent une part plus importante dans leurs budgets.

Pour faire simple, toujours selon BCG, avec 989€ par mois, on n'obtient pas de crédit – ou à des taux très élevés - auprès des banques et il est impossible d'épargner. Se priver de voiture, c'est se priver l'accès à certaines grandes surfaces de hard discount pratiquant des tarifs de 20 à 30% plus intéressants. Pour une famille sans voiture avec seulement 989€ par mois, l'alimentation revient 11% plus chère que pour une famille plus aisée.

Les remèdes

Les forfaits téléphoniques par exemple prennent une part beaucoup trop importante dans les budgets les plus modestes. Emmaüs Défi, SFR et la ville de Paris ont établit un partenariat qui propose des tarifs adaptés pour ceux qui n'ont pas assez de moyens.
De la même façon, Danone commence à mettre en place en France les même modèles de réduction sur le lait pour les familles les plus pauvres sans discrimination : des coupons de réduction à utiliser en grande surface.

Martin Hirsch avec son groupe de réflexion est en partie à l'origine de ces projets. Pour lui : "On a perdu dix ans sur ce sujet. On peut encore attendre deux ou trois ans pour que ça marche !"


Lu sur Le NouveObs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !