Vatican : la France restera sans ambassadeur auprès du Saint-Siège jusqu'à la fin du quinquennat Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La situation houleuse qui secoue les relations entre la France et le Vatican n'est pas inédite.
La situation houleuse qui secoue les relations entre la France et le Vatican n'est pas inédite.
©

Tensions diplomatiques

Vatican : la France restera sans ambassadeur auprès du Saint-Siège jusqu'à la fin du quinquennat Hollande

En déplacement à Paris au mois de mai 2015, le cardinal Pietro Parolin aurait annoncé à la France le rejet de la candidature de Laurent Stefanini, qui avait été reçu en privé par le pape François quelques semaines auparavant.

Depuis le mois de janvier 2015, la France se trouve sans ambassadeur auprès du Saint-Siège. Au terme d'une passe d'armes diplomatique longue de plusieurs mois, la candidature de Laurent Stefanini a bel et bien été écartée. Selon les informations du quotidien Libération, cette situation particulière pourrait se prolonger jusqu'en 2017, dernière année du quinquennat de François Hollande. "Selon nos informations, Laurent Stefanini ne sera pas ambassadeur de France auprès du Saint-Siège, du moins sous la présidence de François Hollande" peut-on lire dans les colonnes du quotidien. 

En déplacement à Paris au mois de mai 2015, le cardinal Pietro Parolin aurait annoncé à la France le rejet de la candidature de Laurent Stefanini, qui avait été reçu en privé par le pape François quelques semaines auparavant. Ce dernier lui aurait confié "n’avoir rien contre lui mais qu’en revanche il n’avait apprécié ni le ‘mariage pour tous’ ni les méthodes de l’Élysée qui a tenté de lui forcer la main" pour imposer un ambassadeur qui affiche son homosexualité ouvertement, révélait alors le Canard Enchaîné.

Si aucune déclaration officielle n'a encore fait état du rejet de cette candidature, la situation semble bel et bien paralysée, en l'absence de signes d'apaisement de la part de Paris ou de Rome. L'une ne souhaitant pas se plier aux requêtes de l'autre, qui n'apprécie pas de se voir imposer un ambassadeur.

Laurent Stefanini avait d'abord été premier conseiller de la Villa Bonaparte entre 2001 et 2005, avant de devenir conseiller au ministère français des Affaires étrangères pour les questions religieuses. Il est chef du protocole de L'Elysée depuis 2010. 

La situation houleuse qui secoue les relations entre la France et le Vatican n'est cependant pas inédite : en 2007-2008, le poste d’ambassadeur était resté vacant après le refus de Benoît XVI de la candidature de l’écrivain Denis Tillinac, divorcé et remarié, et celle de Jean-Loup Kuhn-Delforge, homosexuel militant.

Lu sur Aleteia

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !