Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech

#€$$$

Combien valent vos followers Twitter ?

Et à qui appartiennent-ils : le détenteur du compte ou son employeur ?

Selon un procès en cours aux Etats-Unis, un follower twitter aurait une valeur estimée à 2,50 dollars par mois. C'était l'enjeu d'un procès entre une revue spécialisée dans les téléphones portables et un employé ayant quitté l'entreprise.

Pendant ses 4 années en tant que salariés du périodique, le journaliste californien avait créé un compte twitter incluant son nom et celui de la revue et attiré finalement 17 000 followers. A son départ, Noah Kravitz avait simplement décidé de changer le nom de son compte, en enlevant celui de son ex employeur. 8 mois plus tard, The Value Phonedog l'attaquait en lui réclamant 340 000 dollars, 2,50 dollars par followers et par mois donc, en considérant qu'il s'agissait de l'équivalent du vol d'une liste de clients.

L'enjeu du procès est de déterminer si Noah Kravitz pourra conserver son nouveau compte ou le céder à son ex-employeur. 

La question pourrait devenir cruciale pour nombre de salariés employés dans l'univers de médias ou de la communication. Elle s'est ainsi posée courant 2011 à Londres où une journaliste de la BBC Laura Kuenssberg partie travailler pour ITV avait emporté avec elle ses 60 000 followers déclenchant un vif débat sur le même thème outre-manche sans qu'une conclusion ne s'impose véritablement (@BBCLauraK puis @ITVLauraK). 

Les entreprises veulent croire que les followers sont liés à la crédibilité attachée à leur marque. Pour les détenteurs de compte, il ne s'agit pas de corporate mais d'un lien humain reflétant la spécificité des réseaux sociaux : les contacts interpersonnels. Et pour une génération ayant grandi dans le culte du personal branding (comment se transformer soi-même en marque), le réveil pourrait s'avérer douloureux si les juges décidaient dans différents pays que les followers twitter sont effectivement assimilables à des clients d'une entreprise et non à des abonnés à une personne en particulier.

Une question à considérer lorsqu'on crée son compte...

 

 

 

Lu sur le Daily Beast

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !