Union bancaire : les Européens ont trouvé un accord | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Union bancaire : les Européens ont trouvé un accord
©

Enfin !

Union bancaire : les Européens ont trouvé un accord

L'information a été confirmée ce jeudi par Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie.

Les négociations ont été longues. Il a fallu des semaines et des semaines de discussions pour trouver un accord. Mais ça y'est, c'est officiel : les ministres des Finances de la zone euro ont trouvé un accord au sujet de l'union bancaire. En effet, le ministre français de l'Économie, Pierre Moscovici, l'a assuré ce jeudi. "Je parlais à Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe, très tôt ce matin et je veux le féliciter parce que, oui, j'ai la sensation que nous sommes parvenus à un accord qui permettra de mettre en place une union bancaire", a expliqué Pierre Moscovici sur France Info.

Selon ce texte, rédigé à l'issue d'une nuit de discussions, les parlementaires et les représentants des Etats membres de l'UE sont d'accord pour donner à la Banque centrale européenne un rôle de premier plan dans la fermeture éventuelle d'une banque. Cette décision limitera de fait la capacité des Etats membres à remettre une cause une telle décision de fermeture.

Pierre Moscovici a précisé que l'accord "trouvé cette nuit" devait "être confirmé dans la matinée". "Nous sommes en train de conforter le système financier, non pas pour lui-même, mais pour éviter que les pertes soient supportées par les contribuables", s'est-il réjoui. Selon le ministre français, cet accord représente "une réelle protection contre les faillites bancaires" parce qu'elle accordera "la responsabilité de ces faillites à ceux qui en seront eux-mêmes les fauteurs, c'est-à-dire les banquiers eux-mêmes".

"Ce que nous sommes en train de faire, c'est très important, c'est faire en sorte qu'on ne puisse pas voir la reproduction de la crise financière de 2008, que ceux qui seraient responsables de faillites soient ceux qui payent et qu'il y ait une forme de solidarité européenne", a-t-il conclu.
La France s'était donnée jusqu'à jeudi pour faire aboutir ces discussions, afin d'être sûre que le texte passe devant le Parlement européen avant la fin de la législature.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !