Une étudiante Française assassinée en Autriche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Une étudiante Française assassinée en Autriche
©

Meurtre

Une étudiante Française assassinée en Autriche

Les résultats de l'autopsie sont désormais publics. La jeune Lucile est morte après avoir reçu plusieurs coups sur le crâne dans la nuit de samedi à dimanche.

La faculté de sciences appliquées de Kufstein a hissé un drapeau noir en signe de deuil. Tous les étudiants de cette localité allemande sont sous le choc suite au meurtre de leur camarade Lucile dans la nuit de samedi à dimanche.

Vingt-quatre heures après la découverte du corps sur une rive de l'Inn, la rivière qui traverse Kufstein, les résultats de l'autopsie sont rendus publics. La jeune femme de 20 ans est morte après avoir reçu plusieurs coups sur le crâne. L'objet du meurtre n'a pas encore été retrouvé. L'autopsie ne révèle aucune trace de violences sexuelles. Rien ne porte non plus à penser qu'il s'agirait d'un vol qui aurait mal tourné.

Originaire de la région de Lyon, Lucile était inscrite à la Fachhochscule de Kufstein, un établissement d'enseignement supérieur équivalant à une école d'ingénieurs, pour quatre mois dans le cadre d'un échange Erasmus.

Samedi, elle est sortie après 23 heures pour se rendre chez une amie qui habite de l'autre côté de l'Inn. Elle a sans doute été attaquée juste après la courbe de la rivière, à 23h45. Alors qu'elle était au téléphone avec son amie pour lui dire qu'elle arrivait très bientôt, la communication a été interrompue. L'amie a essayé de la rappeler, en vain. Ne voyant pas Lucile rentrer chez elle, ses camarades ont appelé la police le dimanche matin.

Les crimes de ce genre sont très rares en Autriche, pays à faible délinquance. Chaque année, entre 500 et 600 jeunes Français s'y rendent dans le cadre du programme Erasmus. 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !