Une espionne nord-coréenne avoue avoir tué 115 personnes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'ancienne espionne a des mots très durs à l'encontre du nouveau dirigeant
L'ancienne espionne a des mots très durs à l'encontre du nouveau dirigeant
©Reuters

Explosif

Une espionne nord-coréenne avoue avoir tué 115 personnes

Kim Hyun-hee, 51 ans, vit désormais libre en Corée du sud après avoir échappé à la peine de mort.

Les Coréens du Sud l'appellent la Mata Hari nord-coréenne. Une des meilleures espionnes du pays communistes a révélé comment elle a été arrachée à sa famille pour devenir le bras armés des services de renseignement de l'un des Etats les plus secrets du monde.

Dans un article passionnant du Daily Mail, cette femme de 51 ans, parlant aux journalistes depuis un lieu tenu secret, explique qu'en 1987 elle et un autre agent ont voyagé à travers l'Europe jusqu'à Bahreïn, afin de dissimuler une bombe dans un avion. L'explosion, qui aura lieu à la frontière de la Thaïlande et de la Birmanie, tuera tous les passagers, soit 115 personnes. C'est cet événement qui poussera les Etats-Unis à mettre la Corée du Nord sur sa liste des Etats qui soutiennent le terrorisme.

Kim Hyun-hee, l'espionne, après avoir tenté de se suicider, est arrêtée par la Corée du Sud. Elle échappera finalement à la peine de mort et vit désormais libre, même si elle regrette son passé meurtrier et craint chaque jour qu'un assassin du régime communiste croise son chemin.

Selon elle, Kim Jong-un, le leader nord-coréen souffre d'un problème d'autorité et de légitimité : toutes les dernières menaces qu'il a adressé à l'encontre des Etats-Unis ou de la Corée du Sud sont des tentatives désespérées de consolider le soutien de son pays et plus particulièrement de l'armée. "Kim Jong-un est trop jeune et trop inexpérimenté" a-t-elle ainsi dit. "Il lutte pour gagner un contrôle complet des militaires et gagner leur loyauté".

Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !