Une éclipse solaire pourrait mettre en péril le système électrique européen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Sans soleil, les panneaux sont inefficaces
Sans soleil, les panneaux sont inefficaces
©Reuters

baisse de tension

Une éclipse solaire pourrait mettre en péril le système électrique européen

L'éclipse partielle du 20 mars prochain va priver temporairement d'énergie les panneaux photovoltaïques du continent.

Le soleil est une source inépuisable d'énergie. Sauf lorsqu'il disparait. Et c'est ce qui va se passer le 20 mars prochain, au moins partiellement. Une éclipse partielle du soleil va ainsi temporairement obscurcir le ciel européen. Un petit évènement pour les admirateurs du ciel mais une grosse source d'angoisse pour les producteurs d'énergie. "Le 20 mars, sous un ciel clair, environ 35.000 mégawatts d'énergie solaire, soit l'équivalent de 80 unités de production de taille moyenne, vont disparaître progressivement du système électrique européen pour revenir progressivement par la suite" explique une étude qui vient de paraître, réalisée le réseau européen des gestionnaires de réseaux de transport d'électricité et de gaz (Entsoe).

Cela représente le tiers de la consommation d'un jour d'hiver pour un pays comme la France. "Le risque d'un incident ne peut pas complètement être écarté" précise ainsi l'étude qui parle d'un "test sans précédent." Des pays comme l'Allemagne ou l'Italie ont une grande part de leur énergie qui provient des panneaux photovoltaïques.

Pour prévenir l'incident, une coopération européenne devrait être mise en place et l'utilisation temporaire de gaz ou de charbon devrait être privilégiée. L'éclipse pourra être observée  avec des filtres spécifiques dans la matinée du 20 mars.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !