Une détenue, accusée d’avoir violé sa fille, libérée à cause d’un problème de fax | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Une détenue, accusée d’avoir violé sa fille, libérée à cause d’un problème de fax
©

Rebelote

Une détenue, accusée d’avoir violé sa fille, libérée à cause d’un problème de fax

Cette erreur intervient trois semaines après la remise en liberté controversée d'un homme soupçonné de meurtre, due à un manque d’encre dans le fax du tribunal de Bobigny.

C’est un dysfonctionnement qui semble devenir quotidien à la justice. Une femme soupçonnée d’avoir livré sa fille de cinq ans à un pédophile en août 2012 a été libérée ce jeudi à cause d’une mauvais numéro de fax. N'ayant jamais reçu le fax qui le convoquait à un débat contradictoire devant le juge, l'avocat est parvenu à obtenir la nullité de l’ordonnance de prolongation de la détention de sa cliente."Il y a une erreur de procédure, je me devais de la soulever. Mais ma cliente répondra de ses actes, cette nullité n'a pas été soulevée pour lui permettre d'échapper à la justice", a expliqué Me François-Xavier Koehl. Cette liberté serait donc provisoire.

La mère est accusée d’avoir fait subir des sévices sexuels et des tortures sur sa fille avec un homme rencontré sur internet. Au lendemain du viol, la petite fille a dûe être amenée à l’hôpital. Les médecins ont alors détecté des traces de tortures sur son corps. Placée en garde à vue, la mère a fini par avouer son crime. Elle a été placée en détention provisoire. L’homme, quant à lui, a été incarcéré à la maison d'arrêt de Metz. Il continue à nier les faits. Le père de la fillette, chez qui l'enfant vit désormais, est "choqué" par la remise en liberté de la maman. Il craint "qu'elle n'ait pas à répondre devant la justice", explique son avocat. Mais Me Rémi Stephan, son avocat, se veut rassurant: "Il y a des éléments majeurs à charge".

Cette affaire intervient trois semaines après la remise en liberté controversée d'un homme soupçonné de meurtre en région parisienne. Le télécopieur du tribunal de Bobigny n'avait plus d'encre ce qui avait empêché la transmission d'un document dans les délais légaux. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !