Une députée accuse le ministre Jean-Michel Baylet de "violences graves" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Une députée accuse le ministre Jean-Michel Baylet de "violences graves"
©Reuters

Grave

Une députée accuse le ministre Jean-Michel Baylet de "violences graves"

Profitant de son accès au micro de l'Assemblé nationale, Isabelle Attard (écologiste) est revenu sur une affaire embarrassante, révélée en mars dernier.

Voilà des mois qu'elle souhaitait interpeller le ministre. Isabelle Attard, députée écologiste du Calvados a profité du débat sur le projet de loi montagne, à l’Assemblée nationale pour attaquer Jean-Michel Baylet, le ministre de l'Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, après des révélations du site BuzzFeed selon lesquelles il aurait commis des actes de violence envers sa collaboratrice parlementaire en février 2002.

"Voici ce qu’elle a déclaré : elle était à votre domicile lorsque vous l’avez frappée au visage à plusieurs reprises. Vous l’avez enfermée chez vous et vous l’avez contrainte sous la menace de nouveaux coups à rédiger une lettre de démission puis vous l’avez chassée de chez vous entièrement dévêtue et pieds nus" raconte la députée qui précise que le ministre n'avait pas porté plainte contre BuzzFeed pour diffamation. "Vous avez choisi le silence, aucun innocent n’aurait choisi de se taire. Par votre silence, vous reconnaissez être l’auteur de violences graves commises sur votre collaboratrice. Mais vous ne serez jamais condamné car vous avez acheté le silence de votre victime."

"On peut tout romancer, mais il y a eu une instruction judiciaire dans cette affaire et elle a été classée sans suite" a répondu Jean-Michel Baylet. BuzzFeed affirmait qu'une transaction avait effectivement eu lieu avec la victime pour éviter la plainte. En revanche, la raison du classement sans suite, par le parquet, reste inconnue.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !