Une de Charlie Hebdo : indignation dans de nombreux pays musulmans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Une de Charlie Hebdo : indignation dans de nombreux pays musulmans
©

Réactions

Une de Charlie Hebdo : indignation dans de nombreux pays musulmans

Du Qatar à l'Iran, en passant par la Turquie et l'Egypte, plusieurs pays musulmans ont condamné ce mercredi la nouvelle Une de Charlie Hebdo qui caricature à nouveau le prophète Mahomet.

La Une du numéro de Charlie Hebdo publié ce mercredi provoque déjà des réactions hostiles dans plusieurs pays musulmans. Celle-ci représente le prophète Mahomet en caricature, versant une larme, et tenant une pancarte "Je suis Charlie", en dessous de la phrase "tout est pardonné".

L'Union mondiale des oulémas musulmans, située au Qatar, a déclaré par la voix de son président Youssef al-Qaradaoui  : "Si on est d'accord que (les auteurs d'attentats) sont une minorité qui ne représente ni l'islam ni les musulmans, alors comment peut-on y répondre par des actes qui ne sont pas dirigés contre eux, mais contre le prophète vénéré par un milliard et demi de musulmans ?".

Le mufti de Jérusalem, Mohammad Hussein, estime qu'il s'agit d'une "insulte" aux musulmans. "Cette insulte a blessé les sentiments de près de deux milliards de musulmans dans le monde" a-t-il déclaré. "L'islam proscrit l'usage de la violence contre des innocents, qu'ils soient musulmans ou pas" a également rappelé Mohammad Hussein afin de condamner "les attaques contre les innocents et le terrorisme sous toutes ses formes".

En Iran, le gouvernement a quant à lui condamné un "geste insultant", tout comme l'avait fait mardi un site conservateur du pays. Après avoir condamné "le terrorisme partout dans le monde", la porte-parole de la diplomatie iranienne, Marzieh Afkham, a estimé que cette nouvelle Une de Charlie Hebdo "porte atteinte aux sentiments des musulmans" et peut également "relancer un cercle vicieux de terrorisme".

En Egypte, la principale autorité de l'islam sunnite, Al-Azhar, estime que cette caricature va "attiser la haine" et appelle donc les musulmans à "ignorer" ce dessin. "Il ne sert pas la coexistence pacifique entre les peuples et entrave l'intégration des musulmans dans les sociétés européennes et occidentales" est-il aussi écrit dans le communiqué d'Al-Azhar. 

L'instance représentant l'islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, voit en cette caricature une "provocation". "L'insulte sur le plan personnel entre les hommes est refusée, et quand elle concerne les religions, ce n'est ni humain, ni moral, ni socialement (acceptable) et cela ne contribue absolument pas à la paix mondiale" a estimé Tawadros II, patriarche des Coptes orthodoxes d'Egypte, la plus importante communauté chrétienne du Moyen-Orient.

Enfin, dans la journée de mercredi, le tribunal turc de Diyarbakir, dans le sud-est du pays, a annoncé le blocage des sites relayant la Une de Charlie Hebdo. Sur son compte Twitter, l'un des vice-Premiers ministres du gouvernement, Yalcin Akdogan, a écrit : "Ceux qui méprisent les valeurs sacrées des musulmans en publiant des dessins représentant soit-disant notre prophète sont clairement coupables de provocation".

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !