Un Tunisien expulsé de France pour avoir joué "un rôle central dans le recrutement de jeunes djihadistes" dans la région de Grenoble | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Un Tunisien expulsé de France pour avoir joué "un rôle central dans le recrutement de jeunes djihadistes" dans la région de Grenoble
©

Sortie définitive

Un Tunisien expulsé de France pour avoir joué "un rôle central dans le recrutement de jeunes djihadistes" dans la région de Grenoble

Il s'agit d'une mesure qui a été prise "en urgence absolue au regard de la menace que sa présence constituait pour la sécurité publique et la sûreté de l'Etat"

Un Tunisien de 28 ans qui "jouait un rôle central dans le recrutement de jeunes djihadistes" de la région de Grenoble pour les envoyer en Syrie a été expulsé vers son pays ce jeudi, a a fait savoir le ministère de l'Intérieur. Il s'agit d'une mesure qui a été prise "en urgence absolue au regard de la menace que sa présence constituait pour la sécurité publique et la sûreté de l'Etat", ajoute le ministère dans un communiqué. En revanche, l'identité de cet homme n'a pas été communiquée.
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, "félicite les services de renseignement, les forces de l'ordre, le préfet de l'Isère et ses équipes, pour avoir mis fin à ses activités néfastes et mené à bien la procédure d'expulsion", précise le communiqué. Il rappelle que le plan anti-filières jihadistes, qu'il a présenté le 23 avril dernier en conseil des ministres, prévoit l'expulsion immédiate des ressortissants étrangers impliqués dans ces filières.
Un Algérien de 37 ans, qui vivait à Albertville (Savoie), Sala Bouhabila, a été le premier recruteur présumé de jihadistes pour la Syrie à être expulsé vers son pays d'origine en vertu de ce plan, le 1er mai dernier.
Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !