Un projet de loi sur le "droit à l'erreur" vis-à-vis de l'administration sera présenté dans les prochaines semaines | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Un projet de loi sur le "droit à l'erreur" vis-à-vis de l'administration sera présenté dans les prochaines semaines
©EglantineD / Wikimedia Commons

À venir

Un projet de loi sur le "droit à l'erreur" vis-à-vis de l'administration sera présenté dans les prochaines semaines

"Si vous vous trompez de bonne foi dans l'accomplissement d'une obligation réglementaire, l'administration ne vous sanctionnera pas: financièrement, on ne vous infligera pas de pénalités ou d'intérêts de retard", assure le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

Dans un entretien accordé au quotidien "Les Échos", le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, indique que le gouvernement envisage de présenter "dans les prochaines semaines" un projet de loi accordant un "droit à l'erreur" aux contribuables, citoyens, employeurs, vis-à-vis de l'administration.

"L'administration a le pouvoir de sanction, mais elle a aussi le devoir de conseil" dit le ministre (...) si vous vous trompez de bonne foi dans l'accomplissement d'une obligation réglementaire, l'administration ne vous sanctionnera pas: financièrement, on ne vous infligera pas de pénalités ou d'intérêts de retard", détaille le ministre. 

>>>> À lire aussi : Comptes publics : les recommandations de la Cour des comptes superbement ignorées par le Parlement

"Nous allons par exemple proposer des procédures de rectification dans le cadre des contrôles fiscaux ou dans le domaine douanier, selon la logique du rescrit: vous êtes chef d'entreprise et vous avez besoin de savoir si vous êtes dans les règles, vous pourrez demander à l'administration de se pencher sur votre cas pour vous en assurer, sans risque de sanction", précise Gérald Darmanin, qui entend également "expérimenter la médiation au sein des Urssaf pour faciliter la vie des entreprises".

En présentant les principes de ce "droit à l'erreur", le ministre évoque une "révolution culturelle". "Pour faire évoluer une relation, il faut que chacun change son comportement" juge-t-il.

Lu sur Challenges

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Riches, pauvres, classes moyennes : qui paie vraiment les efforts de la restauration des comptes publics français (et qui avait le plus bénéficié du creusement des déficits pendant les années fastes) ?Des économies à n’importe quel prix ? Le meilleur et le pire des dépenses dans lesquelles le gouvernement a taillé pour tenter de redresser les comptes publics Comptes publics : les recommandations de la Cour des comptes superbement ignorées par le Parlement

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !