Un Nobel d'économie prévient que les historiens enduiront "de goudron et de plumes" les membres de la BCE | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Un Nobel d'économie prévient que les historiens enduiront "de goudron et de plumes" les membres de la BCE
©

Inquiétant

Un Nobel d'économie prévient que les historiens enduiront "de goudron et de plumes" les membres de la BCE

Peter Diamond, lauréat du prix Nobel d'économie en 2010, a sévèrement critiqué la politique économique européenne lors d'une conférence en Allemagne.

La semaine dernière, la chancelière allemande Angela Merkel a donné le coup d'envoi de la rencontre des Prix Nobel d'économie, organisée du 13 au 23 août à Lindau, au sud du pays. L'occasion pour quelque 500 économistes scientifiques de se réunir pour réfléchir à l'orientation future de la discipline. Parmi les experts présents, figurait Peter Diamond, professeur à l'Institut de Technologie du Massachusetts, qui a donné sa vision pessimiste de la politique économique européenne au journal The Telegraph.

"Les jeunes d'Espagne et  d'Italie, qui vont intégrer le marché de l'emploi en cette période de récession, vont être touchés pendant des décennies. C'est une situation terrible, et il est surprenant de voir combien peu de protestations il y a eu à l'encontre de ces politiques si destructrices. ", a-t-il déclaré au journal lors de la conférence. Une situation telle que "les historiens enduiront de goudron et de plumes les membres de la BCE", a-t-il poursuivi. 

Pour l'économiste, qui reste catégorique, l'Europe risque d'être confrontée à une longue période de stagnation. "Cela pourrait être évité par une meilleure utilisation des mesures de relance, par des dépenses d'infrastructure. Cela contribuerait à stimuler la croissance et la dette par rapport au PIB,", a-t-il ajouté. 

Mais Peter Diamond n'est pas le seul à s'en prendre aux politiques "destructives" européennes. D'autres spécialistes en économie présents à la rencontre ont vivement dénoncé la stratégie économique de la zone euro. Ils ont estimé que la mise en place de politiques contradictoires risquait d'engendrer des années de récession économique ainsi qu'une nouvelle crise de la dette. Le professeur Joseph Stiglitz a estimé notamment que les politiques d'austérité menées par la BCE étaient un "échec désastreux". D'après lui, elles sont directement responsables de l'échec du redressement économique au premier semestre cette année, prenant en exemple la France, dont la croissance est restée nulle au deuxième trimestre, ainsi que l'Italie, qui a plongé dans une "triple récession". 

lu sur the Telegraph

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !