Un microrobot presque vivant pour détecter les maladies | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Un microrobot presque vivant pour détecter les maladies
©

Innovation

Un microrobot presque vivant pour détecter les maladies

Le Cyberplasm devrait ressembler à un vertébré marin, la lamproie.

Un prototype de minirobot composé en partie de cellules vivantes et inspiré de la lamproie, un poisson primitif, pourrait être testé d’ici cinq ans. Le procédé combine des éléments de microélectronique de pointe avec les dernières innovations en matière de biomimétisme (les technologies inspirées de la nature). Le robot serait équipé de cellules de mammifères, qui joueraient le rôle de capteurs sensoriels envoyant des informations à un cerveau électronique.

Ce petit robot, déjà baptisé Cyberplasm, devrait ressembler à un vertébré marin, la lamproie. Cet animal long de quelques dizaines de centimètres vit en Atlantique et en Méditerranée et parasite des poissons en s’accrochant à la peau de ses hôtes grâce à sa bouche en forme de ventouse. Le robot permettra de détecter les maladies en circulant dans le sang, et laisserait entrevoir des avancées dans d’autres domaines, comme dans la mise au point de prothèses musculaires.

Ce projet est le fruit d'une collaboration entre le Conseil de recherche en ingénierie et en sciences physiques (Grande-Bretagne) et la Fondation nationale de science américaine. Les travaux se déroulent à l’université de Newcastle (Grande-Bretagne) et pour l’heure, les chercheurs n’en sont qu’au développement et au test de chaque composant.

Lu sur Discovery

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !