Un détenu de la maison d'arrêt de Clairvaux, "radicalisé à l'islam" et condamné à vingt ans de réclusion pour meurtre, s'est évadé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Un détenu de la maison d'arrêt de Clairvaux, "radicalisé à l'islam" et condamné à vingt ans de réclusion pour meurtre, s'est évadé
©Reuters

En fuite

Un détenu de la maison d'arrêt de Clairvaux, "radicalisé à l'islam" et condamné à vingt ans de réclusion pour meurtre, s'est évadé

"Il s'était converti à l'islam et c'était un détenu assez vindicatif", a indiqué à l'AFP Frédéric Stoll, syndicat de FO-pénitentiaire, qui s'est dit "étonné" d'une permission pour un tel détenu.

"Éric Youssef n'est pas revenu de permission. Il s'était radicalisé à l'islam", a déclaré à l'AFP une source proche du dossier, confirmant une information du quotidien L'Est éclair. Ce musulman radicalisé détenu à la maison centrale de Clairvaux (Aube) s'est évadé voici trois semaines après une permission de sortie, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

A lire aussi : Montée religieuse inquiétante à la RATP : elle est l'une des sociétés qui emploierait le plus de personnes faisant l'objet d'une fiche S

Selon une autre source proche du dossier, le détenu, qui avait été condamné en 2006 à vingt ans de réclusion pour le meurtre d'un commerçant à Versailles en 2004, s'est évadé "il y a environ trois semaines à l'occasion d'une permission de sortie". "Il s'était converti à l'islam et c'était un détenu assez vindicatif", a indiqué à l'AFP Frédéric Stoll, syndicat de FO-pénitentiaire, qui s'est dit "étonné" d'une permission pour un tel détenu. 

Contacté par l'AFP, la Direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP) dont dépend la prison de Clairvaux n'était pas en mesure de confirmer ou d'infirmer l'information.  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !