Un Américain innocenté après 39 ans de prison | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Un Américain innocenté après 39 ans de prison
©

Gâchis

Un Américain innocenté après 39 ans de prison

Un homme condamné pour meurtre en 1975 sur la base du faux témoignage d'un enfant vient d'être innocenté, suite à l'aveu du mensonge par le témoin devenu adulte.

1975: Gerald Ford est président des Etats-Unis, la guerre du Vietnam s'achève et un jeune geek crée l'entreprise Microsoft. La vie de Ricky Jackson prend, elle, un tour dramatique : accusé à tort d'un meurtre, il est condamné à mot.

39 ans plus tard, la justice vient d'être rétablie.  Aujourd'hui âgé de 57 ans, Ricky Jackson a retrouvé la liberté vendredi à Cleveland dans l'Ohio. "L'événement d'aujourd'hui fait de Ricky Jackson la personne innocentée qui a purgé la plus longue peine de l'histoire américaine, selon le National Registry of Exonerations", a souligné son avocat, Mark Godsey, sur le compte Facebook de son organisation Ohio Innocence Project.

L'homme avait été accusé sur la base du faux témoignage d'un garçon de 12 ans qui, arrivé à l'âge adulte, a révélé qu'il avait menti et n'avait en fait jamais rien vu du crime. Venu se rétracter officiellement devant le juge, Eddie Vernon, aujourd'hui âgé d'une cinquantaine d'années, avait confessé son mensonge à son pasteur et expliqué qu'il pensait alors "faire ce qu'il fallait" en aidant la police à résoudre le crime. "J'étais un enfant noir du quartier, pauvre et sans éducation. Un homme blanc avait été tué. Je ne connaissais rien du système judiciaire. Pensez-vous vraiment qu'à 12 ans, je pouvais faire face à ces policiers qui me criaient au visage?", a témoigné Vernon, en larmes, au tribunal.

Ricky Jackson a déclaré ne pas avoir d'animosité envers le témoin. "Les gens le voient comme un adulte aujourd'hui mais en 1975 c'était un môme de 12 ans et il était manipulé et forcé par la police (qui l'a) utilisé pour nous mettre en prison. J'espère aujourd'hui que cet homme mène une vie agréable."

Les images des premiers instants de liberté de l'ancien prisonnier montrent l'homme, stupéfait, tenir son visage entre ses mains avant d'écraser une larme.
 

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !