UMP : vers un timide inventaire des années Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
UMP : vers un timide inventaire des années Sarkozy
©

Sarko-phage

UMP : vers un timide inventaire des années Sarkozy

Une grande partie des ténors de l'UMP sera absente de cette convention organisée au siège du parti.

Alain Juppé, François Fillon, Jean-Pierre Raffarin ou François Baroin, Xavier Bertrand, Brice Hortefeux, Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse, Nadine Morano, Bruno Le Maire, Nathalie Kosciusko-Morizet et Christian Estrosi. Derrière cette liste de figures importantes de l'UMP se cache surtout la liste des absents de la convention organisée par le premier parti d'opposition, jeudi à Paris. Le but de la réunion du jour : effectuer un rapide inventaire des années Sarkozy, exigé par certains cadres de l'UMP depuis de nombreux mois.

"Ce n'est pas un exercice que l'on expédie en une demi-journée en se disant : 'C'est fait, on peutpasser à autre chose'. L'inventaire doit être une tournure d'esprit où on accepte de se remettre en cause pour voir ce que l'on doit améliorer", déplore Laurent Wauquiez pour expliquer son absence. Soucieux de ne pas froisser les sarkozystes, Jean-François Copé parle, de son côté, d'une "évaluation qui devra servir exclusivement l'avenir". Nul besoin de faire le procès de l'ancien président de la République, donc.

Insuffisant pour ce dernier, qui n'apprécie pas que l'on remette en question son bilan. "Ceux qui veulent faire l'inventaire, je ne les ai pas entendus pendant mon mandat !", s'était-il insurgé le 27 septembre dernier, lors d'un déjeuner à Nice avec des parlementaires UMP. Que l'ancien chef de l'Etat se rassure, certains de ses soutiens n'ont nullement l'intention de faire un quelconque inventaire. L'association "les Amis de Nicolas Sarkozy" s'est réunie mardi dans le cadre de son déjeuner mensuel et en a profité pour faire un "inventaire positif" du quinquennat passé. Le bilan du "leader naturel de la droite" - dixit Christian Estrosi - ne devrait donc pas être trop écorné.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !