Ulcéré par les propos de Stéphane Le Foll, Phillipe Varin a menacé de démissionner d'Areva | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Ulcéré par les propos de Stéphane Le Foll, Phillipe Varin a menacé de démissionner d'Areva
©REUTERS/Benoit Tessier

Grosse colère

Ulcéré par les propos de Stéphane Le Foll, Phillipe Varin a menacé de démissionner d'Areva

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron aurait refusé son départ et soutenu l'ex patron de PSA Peugeot-Citroën.

Il aurait très peu goûté la polémique sur sa retraite chapeau. A la suite des violentes critiques de Stéphane Le Foll, Philippe Varin a menacé de démissionner de son poste de président du conseil d’administration d’Areva ce mercredi. "C’est inacceptable", avait fustigé le ministre de l’agriculture et porte-parole du gouvernement. "Quelle image, quelle idée on donne de l’exemplarité ? Franchement, quelque part, ça me met un peu en colère". Plusieurs syndicats avaient également jugé cette retraite inacceptable.

Des mots qui auraient déclenché la fureur de Philippe Varin. Ce dernier aurait alors appelé Emmanuel Macron pour lui présenter sa démission. Le ministre de l'Economie l’a refusée. Afin de calmer le chef d'entreprise, il lui a apporté un soutien public dans une déclaration écrite envoyée à l’AFP. "Le gouvernement maintient sa confiance dans Philippe Varin", avait plaidé le patron de Bercy. "Sa retraite est bien conforme aux engagements pris par celui-ci en 2014 et aux dispositions votées par l’assemblée générale de PSA la même année." La retraite avait alors été divisée par plus de deux, passant de 664 000 euros bruts à 299 000 euros.

L’ancien patron de PSA Peugeot-Citroën planche en ce moment sur le délicat dossier du sauvetage d’Areva. L'entreprise, plombée par une perte de 4,8 milliards d’euros en 2014, devrait supprimer prochainement près de 6 000 postes dans le monde, dont environ 3 500 en France. EDF serait intéressé par l'achat d'une partie de l'entreprise. Mais fortement endetté lui-aussi, le géant de l'électricité souhaite "un prix acceptable".

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !