Ukraine : un nouveau décès, le gouvernement accuse les manifestants de stocker des armes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ukraine : un nouveau décès, le gouvernement accuse les manifestants de stocker des armes
©REUTERS/Vasily Fedosenko

Retour des affrontements

Ukraine : un nouveau décès, le gouvernement accuse les manifestants de stocker des armes

Jusqu'à présent, les autorités faisaient état de deux victimes, tuées par balles, et l'opposition de cinq.

La crise en Ukraine s’intensifie. Malgré l’annonce ce vendredi par le président Viktor Ianoukovitch d’un prochain remaniement du gouvernement, la tension reste vive. Ce samedi on apprenait par exemple le décès d’un nouvel opposant. En effet, un homme blessé mercredi lors des violents affrontements entre manifestants et police dans le centre de Kiev est mort à l'hôpital de ses blessures. Jusqu'à présent, les autorités faisaient état de deux victimes, tuées par balles, et l'opposition de cinq. "Il présentait plusieurs blessures, a subi plusieurs opérations, mais il est mort à l'hôpital", a indiqué à l'AFP une porte-parole des services médicaux de la ville de Kiev.

De plus, le ministre de l'Intérieur, Vitali Zakhartchenko a accusé samedi les manifestants de stocker des armes."Les événements des derniers jours dans la capitale ukrainienne ont montré que nos tentatives pour régler le conflit de manière pacifique, sans recours (...) à la force, étaient vaines", a écrit le ministre dans un communiqué. "Nos appels n'ont pas été entendus et la trêve est violée", a-t-il dit, accusant les manifestants de "stocker des armes" dans le centre de Kiev.

Le ministre de l'Intérieur, dont le départ fait partie des principales revendications de l'opposition, a affirmé que des représentants de forces de l'ordre avaient tenu des négociations avec des membres de l'opposition, sans résultat. "Ils n'ont plus aucune influence sur les groupes radicaux qui contrôlent les bâtiments occupés (notamment la mairie de Kiev et le ministère de l'Agriculture, ndlr) et font usage de la force", a insisté Vitali Zakhartchenko.

Après près de deux jours de retour au calme, la tension est de nouveau montée dans la nuit de vendredi à samedi à Kiev. Ainsi, une centaine de manifestants ukrainiens ont pénétré samedi dans le principal bâtiment du ministère de l'Énergie, dans le centre de la capitale, mais ils en sont repartis pacifiquement, a déclaré le ministre, Edouard Stavitski. L'Union européenne a pour sa part souligné samedi attendre du pouvoir ukrainien des "pas concrets" pour "stopper la spirale de violence et d'intimidation" afin de ramener le calme dans le pays.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !