Ukraine : un "espoir" d'accord au sommet pour la paix | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les présidents russe, français, ukrainien et la chancelière allemande à Minsk.
Les présidents russe, français, ukrainien et la chancelière allemande à Minsk.
©Reuters

Fumée blanche

Ukraine : un "espoir" d'accord au sommet pour la paix

Au terme de plus de 12 heures de négociations à Minsk en Biélorussie, les présidents russes et ukrainiens, accompagnés de François Hollande et d'Angela Merkel, un document pourrait être signé pour sortir de la crise qui ravage l'Est de l'Ukraine.

Plus de 12 heures de négociations, une nuit blanche, et désormais un "espoir" d'accord. Voilà le bilan jeudi matin du sommet pour la paix en Ukraine qui se déroule à Minsk en Biélorussie. Les discussions entre le président russe, Vladimir Poutine, ukrainien, Petro Porochenko, accompagné du président François Hollande et de la chancelière allemande, Angela Merkel, retranchés depuis 20 heures, auraient débouché sur un "espoir" d'accord, selon plusieurs sources diplomatiques.

Qualifiée de réunion de "la dernière chance" par François Hollande, cette dernière déboucherait d'un document dont les termes n'ont pas été dévoilés et qui reste encore à être affiné. Tout l'enjeu de ce sommet est de trouver un cessez-le-feu au terme de dix mois de conflit et de définir des frontières nettes entre l'Ukraine et les démocraties séparatistes de l'Est.

Cette nuit de discussions s'est déroulée dans un climat extrêment tendu. Après un bref échange de main devant les caméras mercredi soir, le président russe et son homologue ukrainien se serait affronté durant ce huis-clos diplomatique d'envergure. Une journaliste de l'AFP rapporte une discussion très animée des deux chefs d'Etat.

Lu sur BFMTV.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !