Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International

Ça n'engage que lui

Ukraine : Poutine qualifie le rattachement de la Crimée à la Russie de conforme à la "vérité historique"

"L'année 2014 va rester dans les annales comme l'année qui a vu les peuples qui vivent ici décider avec fermeté d'être avec la Russie", a-t-il aussi déclaré.

Ce vendredi, la Russie commémore la victoire de 1945 sur l’Allemagne nazie par une multitude de défilés militaires. Mais à cette occasion, Vladimir Poutine a décidé, faisant fi des mises en garde du monde occidental, de se rendre pour la première fois en Crimée depuis son rattachement à la Russie en mars. Et lors de ce déplacement, le président russe a qualifié ce rattachement de conforme à la "vérité historique" : "L'année 2014 va rester dans les annales comme l'année qui a vu les peuples qui vivent ici décider avec fermeté d'être avec la Russie, confirmant leur fidélité à la vérité historique et à la mémoire de nos ancêtres", a affirmé le chef de l’Etat au cours des célébrations de la victoire de 1945 sur les nazis. 

 

La visite de Vladimir Poutine à Sébastopol afin d'y célébrer la victoire sur les nazis et le "patriotisme" russe en pleine crise ukrainienne suscite des réactions hostiles de l'Otan comme du gouvernement ukrainien. Le ministre ukrainien des affaires étrangères a ainsi exprimé une "ferme protestation". Cette visite sur un territoire "temporairement occupé" est une "violation flagrante de la souveraineté ukrainienne" et "cette provocation confirme une nouvelle fois que la Russie ne veut pas rechercher d'issues diplomatiques" aux tensions entre les deux pays.

A noter aussi que les forces ukrainiennes ont attaqué ce vendredi le siège de la police dans la ville ukrainienne de Marioupol, au sud-est du pays, provoquant l'incendie du bâtiment. Elles tentaient d'en chasser des militants prorusses. Ces violents affrontements auraient causé la mort de huit militants pro-russes, dont un policier. Selon les autorités médicales régionales, trois personnes ont été tuées et vingt-cinq blessées.

 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !