Ukraine : le président par intérim a demandé à Poutine "d'arrêter immédiatement son agression non dissimulée " | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ukraine : le président par intérim a demandé à Poutine "d'arrêter immédiatement son agression non dissimulée "
©

Ca s'énerve

Ukraine : le président par intérim a demandé à Poutine "d'arrêter immédiatement son agression non dissimulée "

"La Russie a envoyé des troupes en Crimée et s'est non seulement emparée du parlement et du gouvernement de Crimée, mais cherche aussi à prendre le contrôle des moyens de communications", a déclaré Olexandre Tourtchinov.

"Je m'adresse personnellement au président Poutine, pour lui demander d'arrêter immédiatement son agression non dissimulée et retirer ses militaires en Crimée", a déclaré ce vendredi le président ukrainien par intérim dans une intervention télévisée. Olexandre Tourtchinov a dénoncé une provocation de Moscou: "On provoque le conflit et ensuite on annexe le territoire". "LaRussie a envoyé des troupes en Crimée et s'est non seulement emparée du parlement et du gouvernement de Crimée, mais cherche aussi à prendre le contrôle des moyens de communications (...). Elle doit arrêter immédiatement cette provocation et rappeler les militaires en Crimée et travailler exclusivement dans le cadre des accords signés", a-t-il insisté. Une référence à l'accord conclu en 1997 entre Kiev et Moscou, qui détaille les règles selon lesquelles la flotte russe de la mer Noire est cantonnée dans le port de Sébastopol en Crimée, péninsule pro-russe du sud de l'Ukraine.

Peu avant, le ministère ukrainien des Affaires étrangères avait dénoncé la violation de l'espace aérien ukrainien par la Russie. "Nous assistons aujourd'hui à une invasion armée russe (...). L'espace aérien (en Crimée) est fermé en raison du grand nombre d'atterrissages d'avions et d'hélicoptères russes", avait déclaré le représentant du président ukrainien en Crimée, Serguiï Kounitsyne, à la chaîne de télévision ART. Il a estimé que près de 2 000 militaires russes avaient ainsi été aérotransportés sur l'aéroport militaire Gvardeïskoïe, près de Simféropol, capitale de la république autonome de Crimée.

Les gardes-frontières ukrainiens avaient auparavant indiqué qu'au moins dix hélicoptères russes avaient franchi la frontière pour entrer en Crimée, alors que trois seulement d'entre eux avaient été autorisés à le faire par Kiev, après une demande russe officielle. Des témoins ont également signalé ce vendredi soir des mouvements de transports de troupes blindés non identifiés, sur la route entre Sébastopol et Simféropol, la capitale de la république autonome de Crimée, ainsi que l'atterrissage de plusieurs avions-cargo militaires dans un aéroport militaire près de Simféropol. Par ailleurs, une dizaine de militaires armés, aux uniformes dépourvus de tout signe distinctif sont arrivés dans la nuit et ont patrouillé toute la journée ce vendredi à l'extérieur de l'aéroport de Simféropol. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !