Ukraine : l'opposition refuse de soutenir la loi d'amnistie adoptée par le Parlement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ukraine : l'opposition refuse de soutenir la loi d'amnistie adoptée par le Parlement
©Reuters

Bras de fer

Ukraine : l'opposition refuse de soutenir la loi d'amnistie adoptée par le Parlement

L'opposition dénonce les conditions imposées par le parti au pouvoir, à savoir l'évacuation de certains bâtiments publics occupés à Kiev.

Alors que le président Viktor Ianoukovitch semble lâcher du lest depuis quelques jours, la situation en Ukraine reste incertaine. Mercredi, après plusieurs heures d'âpres négociations, le Parlement a adopté une loi d'amnistie pour les manifestants arrêtés lors de heurts avec la police. Mais l'opposition s'est abstenue, dénonçant les conditions imposées par le parti des Régions au pouvoir, à savoir l'évacuation de certains bâtiments publics occupés à Kiev.

Cette loi fait partie des exigences principales de l'opposition, mobilisée depuis plus de deux mois. Le président Ianoukovitch a mis tout son poids dans la balance pour parvenir à un accord, assistant personnellement aux négociations au Parlement, indique le Nouvel Observateur. Le parti au pouvoir exigeait au départ, en échange de cette loi, la libération du centre de Kiev et des bâtiments publics occupés par les contestataires.

De son côté, le président russe Vladimir Poutine a mis en garde contre "toute ingérence" européenne dans les affaires intérieures de l'Ukraine. Il a aussi fait savoir qu'il allait "attendre la formation du nouveau gouvernement ukrainien" avant la mise en application des accords conclus en décembre sur une aide de 15 milliards de dollars.

Lu sur le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !