Ukraine : l'ONU appelle à une "cessation totale des hostilités" et à respecter l’accord de Minsk 2 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ukraine : l'ONU appelle à une "cessation totale des hostilités" et à respecter l’accord de Minsk 2
©

La trêve chancelle

Ukraine : l'ONU appelle à une "cessation totale des hostilités" et à respecter l’accord de Minsk 2

Les séparatistes prorusses ont lancé une attaque sur la ville de Debaltseve, dans l'est de l'Ukraine.

Une attaque cynique conte les accords de Minsk. C'est ainsi qu'a qualifié le président ukrainien Petro Porochenko l'offensive rebelle prorusse contre la ville stratégique de Debaltseve, ce mardi. Une attaque qui intervient malgré la trêve instaurée voilà trois jours, à la suite de négociations très tendues entre l'Ukraine et la Russie, avec la médiation de la France et de l'Allemagne.

Debaltseve est un des points les plus "chaud" de la ligne de front depuis plusieurs semaines. La ville serait le théâtre de violents combats entre soldats ukrainiens et troupes séparatistes prorusses. Ces derniers déclarent contrôler 80% du territoire de la ville., alors que le gouvernement ukrainien assure n'avoir que seule une partie de la cité échappe à son autorité.

Les Russes "ne respectent pas les accord de Minsk 2 et sont en train de détruire l'espoir de paix", a dénoncé le chef-adjoint de la présidence ukrainienne, Valeri Tchaly.

L'ONU a appelé à cesser immédiatement les hostilités. "Les membres du Conseil de sécurité regrettent que, malgré l'annonce d'un cessez-le-feu le 15 février, la violence s'est poursuivie ces derniers jours dans certaines parties de l'est de l'Ukraine", a condamné l'institution dans un communiqué. Cette dernière appelle dans une déclaration unanime les belligérants dans l'est de l'Ukraine "à cesser immédiatement les hostilités".

Les 15 pays membres, notamment la Russie, leur ont aussi demandé de "respecter les accords conclus à Minsk, notamment en facilitant l'accès pour les observateurs de l'OSCE".

Lu sur les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !