Ukraine : un sommet européen pourrait se tenir "si nécessaire" la semaine prochaine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ukraine : un sommet européen pourrait se tenir "si nécessaire" la semaine prochaine
©

Mise au point

Ukraine : un sommet européen pourrait se tenir "si nécessaire" la semaine prochaine

C'est ce qu'a déclaré Laurent Fabius ce lundi, en marge du sommet européen au Luxembourg. Par ailleurs, lors d'un entretien téléphonique, Barack Obama et François Hollande ont assuré ressentir "la même inquiétude" concernant les "événements violents" survenus ces derniers jours dans l’est de l’Ukraine.

Ce lundi, Barack Obama et François Hollande ont assuré ressentir "la même inquiétude" concernant les "événements violents" survenus ces derniers jours dans l’est de l’Ukraine, a annoncé l’Elysée suite à un entretien entre les deux présidents. Les deux hommes ont évoqué l’espoir qu’une réunion prochaine puisse " amorcer un dialogue"entre la Russie et l’Ukraine.  Le président de la République a également soutenu la détermination européenne quant à la tenue d’une politique "ferme et graduée".

Par ailleurs, un sommet européen pourrait se tenir "si nécessaire" la semaine prochaine. De nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie pourraient y être prises, a déclaré ce lundi Laurent Fabius en marge du sommet européen au Luxembourg. Ce sommet sera confirmé en fonction de l’évolution de la situation après la réunion de jeudi où sont attendus les représentants de l’Union européenne, des Etats-Unis, de la Russie et de l’Ukraine. " Nous souhaitons vivement que les questions de fond y soient posées", a déclaré le ministre français. Ce dernier définit l’objectif de l’UE dans cette crise comme étant de faire preuve de " fermeté" tout en maintenant " le dialogue ouvert".

Plus tôt dans la journée, lors d'un entretien téléphonique, François Hollande et David Cameron "ont condamné très fermement les violences survenues hier et aujourd'hui", en Ukraine. Ils ont aussi "appelé l'ensemble des parties à la retenue et au dialogue, afin de permettre la désescalade et trouver rapidement une solution pacifique à la crise".  Les deux hommes ont "marqué leur soutien au gouvernement ukrainien afin de mener à bien les réformes attendues par la population et organiser l'élection présidentielle du 25 mai dans les meilleures conditions". 

A Berlin, le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel a par ailleurs mis en garde contre une escalade de la crise en Ukraine, déclarant que "la Russie est visiblement prête à permettre à ses chars de franchir les frontières européennes". S'exprimant avec Manuel Valls à ses côtés, il a appelé l'Europe à se souvenir des leçons des deux guerres mondiales et à ne pas tenir sa liberté et sa sécurité pour acquises. La crise ukrainienne montre que les vieux démons de la géopolitique européenne refont surface, a-t-il enfin déclaré. 

Ce lundi, des séparatistes pro-russes se sont emparés d'un nouveau commissariat dans l'est de l'Ukraine. Plusieurs centaines de personnes auraient ainsi pris d’assaut le siège de la police de la ville de Gorlivka, dans la province de Donetsk. Les manifestants auraient notamment jeté des pierres et incendié des bureaux, faisant reculer des policiers dont certains étaient casqués et équipés de boucliers.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !