Ukraine : face à la menace nucléaire russe, des Français cherchent à acheter des pastilles d'iode en pharmacie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Centrale Nucléaire
Centrale Nucléaire
©PHILIPPE DESMAZES / AFP

Guerre

Ukraine : face à la menace nucléaire russe, des Français cherchent à acheter des pastilles d'iode en pharmacie

Mais ces pastilles sont réservées aux personnes qui vivent à côté des centrales nucléaires

Face à la menace nucléaire liée à la guerre en Ukraine, des Français cherchent à se procurer des pastilles d'iode dans des pharmacies afin de limiter les potentiels risques pour leur santé selon RTL.

Ce médicament est distribué, en temps normal à titre préventif, à ceux qui habitent près des centrales nucléaires. 

Dans la pharmacie d'Erstein, au sud de Strasbourg, il y a eu plusieurs fois la même demande de clients inquiets, qui voudraient des comprimés d'iode utilisables en cas de catastrophe nucléaire, comme l'explique la préparatrice de la pharmacie. "Les gens commencent à en parler au comptoir, d'autres personnes nous téléphonent pour en avoir et les stocker en prévision", explique-t-elle.

En cas d’accident nucléaire, la prise de comprimés d’iode stable protège la thyroïde de l’iode radioactif qui pourrait être rejeté dans l’environnement. La thyroïde va absorber l’iode stable jusqu’à saturation, et ne pourra donc plus assimiler l’iode radioactif qui serait éventuellement respiré ou ingéré.

Les comprimés d’iode doivent être administrés en situation accidentelle et uniquement sur instruction des autorités précisait le ministère de l'Intérieur, en mars 2021, lors de la deuxième phase de la campagne préventive de distribution de comprimés d’iode aux riverains situés dans un rayon de 10 à 20 kilomètres autour des 19 centrales nucléaires françaises.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !