UE : pas d'accord sur l'aide alimentaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
UE : pas d'accord
sur l'aide alimentaire
©

Pomme de discorde

UE : pas d'accord sur l'aide alimentaire

La décision concernant le maintien du programme d'aide alimentaire aux pauvres de l'Union européenne est reportée à octobre.

Les pays de l'Union européenne ne se sont pas entendus sur le maintien en l'état du programme d'aide alimentaire aux pauvres lié à la politique agricole commune. Sa poursuite est donc pour le moment suspendue. La décision est par ailleurs reportée à la prochaine réunion des ministres de l'Agriculture de l'UE, en octobre.

"Six États membres sont clairement opposées" à la poursuite du programme dans sa forme actuelle, a fait savoir le ministre polonais de l'Agriculture. L'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la République tchèque, le Danemark et la Suède, qui remettent en question ce programme, expliquent que l'aide aux plus pauvres relève de la politique sociale de l'UE et non de la PAC et de son budget. Ils demandent donc que le montant dédié à l'achat de denrées à destination des banques alimentaires soit réduit, à 113,5 millions d'euros contre 480 en 2011.

Le ministre français de l'Agriculture, Bruno Lemaire, a assuré qu'il ne voterait pas pour la réduction de cette aide, mais était prêt à envisager de nouveaux modes de financement.

Les associations, elle, craignent une crise humanitaire. Selon un responsable de l'action sociale à la Croix-Rouge, elle risquent de distribuer 130 millions de repas en moins en 2012.

Le Programme européen d'aide aux plus démunies (PEAD), financé par les excédents agricoles, a été créé en 1987, sous l'impulsion de Jacques Delors, qui était alors président de la Commission européenne.

 

Lu sur le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !