Uber : les données de 57 millions de chauffeurs et clients ont été piratées fin 2016 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Uber : les données de 57 millions de chauffeurs et clients ont été piratées fin 2016
©JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Hacking à grande échelle

Uber : les données de 57 millions de chauffeurs et clients ont été piratées fin 2016

L’entreprise américaine a essayé de cacher ce piratage, a reconnu la patron d'Uber, alors que Bloomberg évoque une rançon versée aux hackers pour leur silence.

Les scandales se poursuivent chez Uber. Fin 2016, les données de 57 millions d’utilisateurs à travers le monde ont été piratées, notamment 600.000 chauffeurs avec les noms et numéros de permis de conduire, a avoué mardi le PDG de la société. Concernant les utilisateurs, ce sont les noms, les adresses email et les numéros de téléphone qui ont été dérobés.. .mais pas l’historique des trajets, les numéros de cartes et de comptes bancaires, les numéros de sécurité sociale et les dates de naissance précise Uber, sur la base d’expertises externes.

Dara Khosrowshahi –qui a succédé cet été au cofondateur Travis Kalanick afin de redorer l’image de l’entreprise – a reconnu que la firme américaine a dissimulé ce piratage pendant près d’un an. Il a assuré toutefois que le nécessaire avait été fait.  "Au moment de l’incident, nous avons immédiatement pris les mesures pour sécuriser les données et mettre fin à l’accès non autorisé des individus" a-t-il déclaré dans un communiqué. "Nous avons identifié ces individus et obtenu des assurances que les données collectées seraient détruites".

Des assurances ? Selon des informations de Bloomberg, l’entreprise a notamment versé une rançon de 100.000 dollars aux hackers pour qu’ils gardent le silence et détruisent les données. Le patron d’Uber n’a pas confirmé ce dernier point.

Lu sur Le Soir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !