Tunisie : immense manifestation pour obtenir le départ du gouvernement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Tunisie : immense manifestation pour obtenir le départ du gouvernement
©

Pas contents

Tunisie : immense manifestation pour obtenir le départ du gouvernement

Les manifestants, qui étaient au moins 40 000 vers 21h30 selon la police, scandaient "le peuple veut la chute du régime" ou encore "le gouvernement va tomber aujourd'hui".

La Tunisie va-t-elle basculer de nouveaux vers la violence ? "Pour le moment, tout se fait dans le calme" raconte un jeune tunisien. Mais la colère du peuple gronde. Des dizaines de milliers de Tunisiens ont manifesté dans la nuit de mardi à mercredi en banlieue de Tunis pour obtenir le départ du gouvernement dirigé par les islamistes d'Ennahda.

Quelques heures plus tôt, le président de l'Assemblée nationale constituante (ANC), Mustapha Ben Jaafar, annonçait suspendre les travaux de ce Parlement pour tenter de forcer Ennahda et leurs détracteurs à venir à la table des négociations.

Les manifestants étaient très nombreux. 40 000 personnes étaient rassemblées dans les rues selon la police mais les médias pensent qu'il y avait 150 000 à 200 000 personnes. Aucun incident n'avait été signalé et la manifestation touchait à sa fin. De nombreux manifestants tenaient des portraits de l'opposant Chokri Belaïd, tué il y a six mois, le 6 février. "C'est un rassemblement (...) pour l'espoir pour une deuxième république dans laquelle les objectifs de la révolution (de janvier 2011) seront réalisés", a jugé Mohsen Marzouk, un dirigeant du parti Nidaa Tounes.

Les détracteurs d'Ennahda, le parti islamiste au pouvoir accusé d'être responsable de l'essor des djihadistes, réclament en choeur un gouvernement de salut national. Les islamistes ont rejeté ces revendications, proposant en retour d'élargir la coalition gouvernementale et des élections en décembre.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !