Tunis : les images des terroristes dans le musée du Bardo | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les images de la vidéosurveillance du musée du Bardo.
Les images de la vidéosurveillance du musée du Bardo.
©Images du ministère de l'Intérieur tunisien

L'enquête

Tunis : les images des terroristes dans le musée du Bardo

Le président tunisien a également reconnu des défaillances dans les systèmes de sécurité de son pays.

Trois jours après l'attaque du musée du Bardo à Tunis, l'heure est aux questions. 21 personnes ont trouvé la mort, dont 20 touristes et un policier tunisien. L'attentat a été revendiqué par l'Etat islamique. Deux des assaillants ont été abattus mais dimanche, le président tunisien annonce qu'un troisième auteur de ce massacre est en fuite. Un appel à la population a été lancé pour aider les autorités à retrouver cette personne.

Les images de la vidéosurveillance diffusées samedi soir sur la page Facebook du ministère de l'Intérieur tunisien confirmerait cette version. Sur ces images, on voit les deux terroristes, Jabeur Khachnaoui et Yassine Laabidi, kalachnikov à la main déambuler tranquillement dans les couloirs du musée du Bardo. Des photos des corps des deux assaillants figurent également dans ce film. Puis, on retrouve les deux terroristes croise un troisième homme en bas d'un escalier, à qui il demande de partir.

C'est dans ce contexte que le président tunisien, Beji Caïd Essebsi, a reconnu des "défaillances" dans les systèmes de sécurité de son pays. Si le chef de l'Etat assure que les autorités ont réagi "de manière très efficace", il confie à Paris Match qu'"en amont la police et le renseignement n'ont pas été assez systématiques pour assurer la sécurité du musée". Beji Caïd Essebsi met ses défaillances au compte des quatre années qui ont suivi le printemps arabe tunisien. "Mais nous sommes en train de nous ressaisir", assure le président appelant les touristes à revenir dans ce qu'il qualifie "de havre de la démocratie".

Lu sur Paris Match

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !