Tuerie de Chevaline : les enquêteurs privilégient la piste d'un drame local | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Selon le procureur Eric Maillaud : "L'hypothèse privilégiée par les enquêteurs est celle d'un meurtre aux racines locales".
Selon le procureur Eric Maillaud : "L'hypothèse privilégiée par les enquêteurs est celle d'un meurtre aux racines locales".
©Reuters

L'affaire relancée

Tuerie de Chevaline : les enquêteurs privilégient la piste d'un drame local

Selon le journal britannique Mirror, un ex-légionnaire, qui s’est suicidé en juin 2014, serait le principal suspect des enquêteurs. Une information démentie par le procureur d’Annecy.

Près de trois ans après la tuerie de Chevaline (Haute-Savoie), un nouvel élément pourrait relancer l'affaire. Ce quadruple meurtre pourrait ainsi être un drame local. Pour rappel, en septembre 2012, trois membres de la famille britannique al-Hilli ainsi qu'un cycliste amateur Sylvain Mollier trouvaient la mort.

Alors qu'il a longtemps été considéré comme une victime collatérale de l'assassinat, Sylvain Mollier pourrait en fait, en être la principale cible. Le journaliste du Mirror Tom Parry l'affirme dans son livre The Perfect Crime. A l'appui, il cite le procureur Eric Maillaud : "L'hypothèse privilégiée par les enquêteurs est celle d'un meurtre aux racines locales".

Le Mirror s'appuie donc sur les propos d'Eric Maillaud qui considère Patrice Menegaldo comme le principal suspect. Cet ancien légionnaire, interrogé comme simple témoin en 2012, s'est suicidé en juin 2014. Avant de passer à l'acte, il a écrit dans une lettre où il raconte ne plus supporter les soupçons pesant sur lui.

"Nous parlons ici d'un ex-soldat endurci, habitué au maniement des armes, disant soudainement qu'il ne pouvait supporter d'être considéré comme un suspect", souligne Eric Maillaud, toujours cité par le Mirror. "Se pourrait-il que ce soit lui ? A-t-il regretté ses actions par la suite et pris sa propre vie ? [...] Il avait les capacités techniques de commettre ce qui a été commis ce jour-là" a développé le magistrat.

Mais, pas de conclusions hâtives. En effet, le procureur a depuis, relativiser sur France 2,  relativise. Selon lui si le parcours de Patrice Menegaldo, un ancien légionnaire décrit comme isolé et perturbé ainsi qu'une connaissance de la famille Mollier est effectivement examiné, c'est avant tout en raison de son profil et de son suicide. Aucune preuve ne l'implique dans cette affaire.

Lu sur France TV Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !