Tuerie de Chevaline : le passé de la femme de Saad al-Hilli suscite de nouvelles interrogations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Tuerie de Chevaline : le passé de la femme de Saad al-Hilli suscite de nouvelles interrogations
©

Intrigue

Tuerie de Chevaline : le passé de la femme de Saad al-Hilli suscite de nouvelles interrogations

Elle a été mariée aux Etats-Unis de février 1999 à décembre 2000 à un chirurgien-dentiste mort le même jour que la tuerie, le 5 septembre 2012.

Les pistes n'ont pour le moment jamais abouties dans la tuerie de Chevaline. Pourtant, les hypothèses ont été nombreuses depuis 2 ans. Mais le mystère demeure. Cependant, des questions restent en suspens et d'autres apparaissent. "Il y a des questions qui restent sans réponse, nous avons découvert des choses incroyables" a dit le lieutenant Vinneman, qui commande la section de recherches (SR) de Chambéry au DailyMail.

En effet, après de nouvelles investigations, l'épouse de Saad al-Hilli intrigue. Son passé suscite de nombreuses interrogations. Les enquêteurs ont trouvé qu'elle a été mariée aux Etats-Unis de février 1999 à décembre 2000 à un chirurgien-dentiste de 13 ans son aîné, avant de divorcer. Jusque là, rien d'anormal sauf que la femme de 47 ans aurait totalement caché cette union et ne l'aurait pas dit à son époux.

Autre élément qui trouble les enquêteurs, cet homme se nommant James T. est mort à Natchez dans le Mississippi, le 5 septembre 2012, soit le même jour que la tuerie de Chevaline, officiellement d'une crise cardiaque. Mais la famille de l'homme évoque un possible empoisonnement. Les médecins pensent eux qu'il s'agit toujours d'un pur hasard et confirme l'arrêt cardiaque. Les enquêteurs n’ont donc établi aucun lien entre ce prétendu meurtre et celui de la famille al-Hilli.

Éric Maillaud, le procureur d'Annecy, a d'ailleurs souhaité que ces éléments soient rendus publics pour "montrer que nous ne baissons pas les bras. Une équipe travaille toujours à temps plein sur cette affaire".

lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !