Tuerie de Bruxelles : Mehdi Nemmouche s'est pourvu en cassation contre son extradition | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Mehdi Nemmouche se pourvoit en cassation
Mehdi Nemmouche se pourvoit en cassation
©Capture d'écran

Justice

Tuerie de Bruxelles : Mehdi Nemmouche s'est pourvu en cassation contre son extradition

L'auteur présumé de la fusillade qui a fait quatre morts doit prochainement être remis à la Belgique afin d'être jugé dans cette affaire.

La justice française a ordonné ce jeudi la remise à la Belgique du Franco-Algérien Mehdi Nemmouche, tueur présumé de quatre personnes au Musée juif de Bruxelles. Pour justifier sa décision, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Versailles (Yvelines) avait notamment fait savoir qu'elle "constate la régularité de la procédure et ordonne la remise de Mehdi Nemmouche aux autorités judiciaires de Belgique en exécution d'un mandat d'arrêt européen (...) aux fins de poursuites d'assassinat dans un contexte terroriste". Mehdi Nemmouche avait alors trois jours pour se pourvoir ou non en cassation. Selon son avocat, Apolin Pepiezep, l'auteur présumé de la tuerie l'a fait. 

Celui-ci a précisé qu'il avait signé sa déclaration de pourvoi en cassation jeudi, le jour de la décision de la cour d'appel. Dès lors, la plus haute juridiction française a 40 jours pour statuer.

"Il n'a pas été satisfait de la décision" de la cour d'appel, a ajouté l'avocat, qui avait dit être prêt à exercer tous les recours pour que son client soit jugé en France. "Il a demandé (...) d'avoir une garantie au cas où il serait remis aux autorités belges. Cette garantie, il ne pense pas l'avoir eue", avait-il notamment expliqué jeudi.

Après avoir plusieurs fois changé d'avis sur son éventuelle remise à la Belgique, Mehdi Nemmouche avait demandé le 12 juin à la justice que les autorités belges lui "certifient" qu'il ne serait pas extradé ensuite de cet Etat vers un pays tiers. Son avocat avait laissé entendre qu'il redoutait d'être envoyé en Israël en raison de la nationalité israélienne de deux des victimes de la tuerie.

 

Lu sur Le Monde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !