Tristane Banon s'explique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Tristane Banon s'explique
©

Vue à la télé

Tristane Banon s'explique

La journaliste qui porte plainte contre DSK pour "tentative de viol" s'est exprimée au 20h de France 2.

C'était sa première apparition publique à la télévision depuis qu'elle a porté plainte contre Dominique Strauss-Kahn pour "tentative de viol".

Tristane Banon était l'invitée du journal de 20 heures de France 2 ce mercredi 13 juillet. La jeune femme est sortie de son silence pour expliquer les raisons pour lesquelles elle a entamé une action en justice contre l'ancien directeur du FMI. "J'ai crû que je pourrais ranger cette histoire dans une petit boîte. A l'époque, j'avais écouté les conseils de mes proches, ma mère, de certains journalistes qui me dissuadaient de porter plainte. Mais pour mettre un point final à cette histoire, je l'ai fait".

La jeune femme de 32 ans a défendu sa vérité en accusant ses détracteurs de mensonges : "Ce n'est pas parce qu'on répète en boucle des mensonges que cela devient des vérités. (...) M. Strauss-Kahn a beaucoup de problèmes de mémoire me concernant".

Elle a également répondu aux rumeurs insinuant qu'elle était manipulée ou psychologiquement fragile : "Je ne suis ni déséquilibrée, ni manipulée, que ce soit par le maire de ma ville, que ce soit par des partis politiques de gauche ou de droite ou que ce soit par mon avocat, par ma mère".

Elle a enfin expliqué pourquoi elle portait plainte 8 ans après les faits : "Le seul moyen de mettre un point final dans sa tête (...) c'est de porter plainte et de donner à la justice le rôle de décider officiellement qu'on est victime et que celui qui vous a fait du mal est coupable.(...) C'est l’affaire du Sofitel qui fait que le problème s’est reposé, sans que je ne demande rien. Le 15 mai, c’est la presse mondiale qui me tombe dessus".

Tristane Banon a écrit plusieurs articles pour Atlantico.fr.

Lu sur Metro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !